Textes du Père Job An Irien sur la semaine Sainte 2020 (breton/français)

Ar Zizun Zantel

Bez' emaom er mareou-mañ en deveziou ’lec'h m'en em ro da weled ar muia
 karantez vraz Jezuz evid pep hini ahanom hag evid ar bed a-bez.
En em rei a ra penn-da-benn deom oll hag evidom oll.
Morse n'or befe soñjet  eo Doue evel-se !
Peadra a zo da veza spontet o weled Jezuz war e zaoulin
o walhi treid e ziskibien...Eñ hag e-neus krouet ar bed...
Gwelom anezañ ive war ar groaz.
Or buez hag or maro a gav aze eur respont :
 gand Jezuz e ouezom evid petra ez om bet ganet
ha da belec'h emaom o vond.
Kaerder ar bed a lavar deom eun dra bennag
euz al levenez a zo ouz or gortoz !

Nous sommes ces temps-ci dans les jours où se donne le plus à voir
le grand amour de Jésus pour chacun de nous et pour le monde entier.
Il se donne entièrement à nous tous et pour nous tous.
Jamais nous n'aurions pensé que Dieu est ainsi !
Il y a de quoi être suffoqué à voir Jésus à genoux
lavant les pieds de ses disciples... Lui le Créateur du monde...
Voyons le aussi sur la croix.
Notre vie et notre mort trouvent là une réponse :
avec Jésus nous savons pourquoi nous sommes nés
et où nous allons.
La beauté du monde nous dit quelque chose
de la joie qui nous attend !
An Tad Job

entrelacsBZH

 


Yaou 9 a viz ebrel : Yaou Gamblid.
Pred diweza Jezuz. Mond a ra beteg penn pella ar garantez peogwir e taoulin dirag e ziskibien da walhi dezo o zreid... Da biou e rafem-ni kement-se ?
En em rei a ra dezo dindan strumm ar bara hag ar gwin, pred ar frankiz hag a vod ahanom beb sadorn d’abardaez tro-dro dezañ, deom da veza breudeur ha c’hoarezed dezañ. Eñ eo a unan ahanom !
Gouel ar veleien eo ! Pedit evidon ive.  Bemdez, mintin ha noz e pedan evidoc’h oll, dreist-oll er mare-mañ a zezerz ! Jezuz a zoug or poaniou ganeom.


Jeudi 9 avril : Jeudi Saint
 C’est le dernier repas de Jésus. Il va jusqu’à l’extrème de l’amour puisqu’il s’agenouille devant ses disciples pour leur laver les pieds... A qui ferions-nous cela ?
 Il se donne à eux sous la forme du pain et du vin, repas de la liberté qui nous rassemble chaque samedi soir autour de lui, pour que nous soyons ses frères et ses soeurs. C’est lui qui nous unit !
 C’est la fête des prêtres ! Priez pour moi aussi. Chaque jour, matin et soir, je prie pour vous tous, spécialement en ce temps de désert ! Jésus porte nos peines avec nous.
An Tad Job

entrelacsBZH

 


Gwener 10 a viz ebrel : Gwener ar Groaz
E traoñ ar Groaz emaom hirio gand Mari ha Yann. Berad ha berad e tiver warnom karantez Jezuz. Soñjom e kroaziou ha kalvariou on heñchou.On tadou o-deus savet anezo peogwir e ouient  e oa aze feunteun o buez. E buez pep hini ahanom eo sanket Kroaz Jezuz, hag e lavar deom : arabad dit kaoud aon ! Gwel, ganez e tougennan ar yeo ! N’eus ket brasoc’h karantez eged rei or buez evid ar re a garer. Karantez Jezuz evidom a zo ken braz ma ro deom e vamm da vamm.
E traoñ ar Groaz e teu deom ar pardon hag ar vuez, rag trec’h eo Jezuz d’ar gasoni ha d’an droug war e Groaz : e zaoulagad a zigoro war zremm e Dad !

Vendredi 10 avril : Vendredi Saint
Nous sommes aujourd’hui au pied de la Croix avec Marie et Jean. L’amour de Jésus coule sur nous goutte à goutte. Pensons aux croix et calvaires de nos chemins. Nos pères les ont érigés parce qu’ils savaient qu’était là la fontaine de leur vie. Dans la vie de chacun de nous est plantée la croix de Jésus, et il nous dit : n’aie pas peur ! Vois, je porte le joug avec toi ! Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. L’amour de Jésus est si grand qu’il nous donne sa mère pour mère.
 Au pied de la croix nous vient le pardon et la vie, car sur la croix Jésus est vainqueur de la haine et du mal : ses yeux s’ouvriront sur le visage du Père !

entrelacsBZH

 


Samedi Saint /Sadorn zantel ha Pask
N’eus ger ebed evid displega al levenez a garg or c’halon pa lidom Pask : or buez a-bez a zo aze, sklêrijennet gand Adsao Jezuz. He bleuniou a zo dispaket gand tommder e garantez, hag he mankou pareet gand gouliou e Basion. Ne ouiem ket e vedom ken karet. Eur vuez nevez a zo kinniget deom, eun amzer da c’houzoud gwelloc’h evid petra e vevom ha petra a reom euz or breudeur ha petra a reom ive euz or bed asamblez.
Bennigom an Aotrou, na vallozom ket, a lavare sant Paol ! Ar vuez a ermited pe dost a rankom beva abaoe eur pennad, hag a c’hell padoud eur pennad mad, a c’houlenn diganeom startaad on liammou dre ar bedenn, ha digeri on daoulagad war ar re a zo er boan. Levenez Pask on-eus da veva : kinniget eo deom ’vel eur prov, hag eur prov da ginnig en dro deom. Jezuz e-unan a zo ganeom ‘vel ma oa gand e ziskibien kraouiet er zal-uhel da abardaez Pask, ha deom e lavar ive : Ar peoc’h ra vo ganeoc’h ! Ha ma ‘z-om glaharet, n’ankounac’haom ket ema oc’h ober hent ganeom war-zu Emmaüs. Pask laouen deoc’h oll !


Samedi Saint et Pâques
 Il n’y a aucun mot pour exprimer la joie qui remplit notre coeur quand nous célébrons Pâques : notre vie toute entière est là, éclairée par la Résurrection de Jésus. Ses fleurs sont épanouies par la chaleur de son amour et ses manques guéris par les plaies de sa Passion. Nous ne savions pas que nous étions aimés à ce point. Une vie nouvelle nous est offerte, un temps pour mieux savoir pourquoi nous vivons, et ce que nous faisons de nos frères, et ce que nous faisons aussi ensemble de notre monde.
 Bénissons le Saigneur, ne maudissons pas, disait saint Paul ! La vie d’ermites ou presque, que nous devons vivre depuis un moment, et qui peut durer un bon moment, nous demande de renforcer nos liens par la prière, et d’ouvrir les yeux sur ceux qui vivent dans la peine. C’est la joie de Pâques que nous avons à vivre : elle nous est offerte comme un cadeau, et un cadeau à offrir autour de nous. Jésus lui-même est avec nous comme il était avec ses disciples confinés dans la Salle-Haute au soir de Pâques et il nous dit : La paix soit avec vous ! Et si nous sommes tristes, n’oublions pas qu’il fait route avec nous sur le chemin d Emmaüs. Joyeuses Pâques à tous !

An tad Job

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Euz petra on-eus aon ? / De quoi avons-nous peur ?

    Euz petra on-eus aon ? Job2019

    Euz a belec’h eo deuet ar seurt aon-ze, a zo en em zilet en or spered abaoe eun nebeud miziou ? Santoud a reem mad e oa eun dra bennag ha ne ’zae ket mad e istor ar bed, ha ne ouiem ket petra. Re vrao oa deuet ar vuez da veza, peogwir e welem euz an eil boavez d’egile ar vuez o hirraad, hag an dud a gant vloaz o tond da veza niverusoc’h niverusa. Kredet on-noa en eun araokadenn heb fin peogwir on-noa pelleet diouz or broiou ar brezel hag an naonegez. War ar mêz e kreske an atañchou muioc’h-mui... Lod tud o-doa sonet ar c’hloc’h-galv koulskoude, peogwir o-doa santet araog ar re all e vedom war eun hent-dall, med n’int ket bet selaouet. Goulenn a raent cheñch hent, med perag cheñch hent pa ’z-eo ken brao an hent a ’z-eom gantañ... Hag eo c’hoarvezet ar C’hovid-19. ’Vel eun taol kurun en or bed digatar, ha neuze eo bet dizoloet on aon kuz, eun aon hag a oa o voudinellaad en or skouarn abaoe pell, eun aon ha ne felle ket deom kleved.

    Mastaret on-eus boul ar bed ha mall eo deom kempenn anezi. N’om ket re ziwezad ma fell deom cheñch on doareou da implij pinvidigeziou ar bed ha da ranna anezo evid gwella mad an oll. An taniou-gwall er Siberi a lavar deom n’on-eus ket amzer da goll. An digoada en Amazonia, ouspenn laerez o boued digand an dud a vev eno, a vir ouz ar bed da denna e alan. Implij ar glaou ha dreist-oll implij divuzul an eoul-douar evid on energiez hag ar plastik ne reont nemed gwasaad stad or bed...

    Evid ar wech kenta marteze euz on istor on-eus aon euz an amzer da zond. Teñval eo an oabl dirazom. Eun araokadenn ha ne lak ket an den hag an doujañs evid an natur da genta ne gas nemed a-benn d’ar voger. N’eo ket eun araokadenn wirion peogwir e tigas ganti falc’h ar maro. Goud a ouezom hirio e c’hell pep hini ahanom ober eun dra bennag evid savetei an amzer da zond. Douarou a vo kollet, inizi a vo beuzet ha poblou a ranko dilezel o bro ma ne reom ket amañ ar pez a c’hellom. Na lezom ket an aon-kuz d’or seiza, rag oll asamblez on-eus ar garg euz or bed, hag ar pez a reom en on lec’h deom-ni a zo a-bouez evid ar bed a-bez.


    De quoi avons-nous peur ?

    D’où est venue cette sorte de peur qui s’est insinuée dans notre esprit depuis quelques mois ? Nous sentions bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas bien dans l’histoire de notre monde, et nous ne savions pas quoi. La vie était devenue trop belle, puisque nous la voyions d’une année sur l’autre s’allonger, et que les gens de cent ans devenaient de plus en plus nombreux. Nous avions cru en un progrès sans fin, puisque nous avions écarté de nos pays la guerre et la famine. Dans les campagnes les fermes s’agrandissaient de plus en plus... Certains avaient pourtant sonné le tocsin, parce qu’ils avaient ressenti avant les autres que nous allions vers une impasse, mais ils n’ont pas été écoutés. Ils demandaient de changer de direction, mais pourquoi changer de direction quand est si belle la route que l’on suit... Et le Covid-19 est arrivé. Comme un coup de tonnerre dans notre ciel sans nuages, et nous avons alors découvert notre peur cachée, une peur qui bourdonnait à nos oreilles depuis longtemps, une peur que nous ne voulions pas entendre.

    Nous avons sali notre globe, et il est plus que temps de le réparer. Nous ne sommes pas trop tard si nous voulons changer nos manières d’utiliser les richesses du monde et les partager pour le meilleur bien de tous. Les incendies en Sibérie nous disent que nous n’avons pas de temps à perdre. La déforestation de l’Amazonie, en plus de voler leur nourriture aux gens qui y vivent, empêche notre monde de respirer. L’utilisation du charbon et surtout l’utilisation démesurée du pétrole pour notre énergie et le plastique ne font qu’empirer l’état de notre monde...

    Pour la première fois peut-être de l’histoire de notre monde, nous avons peur de l’avenir. Le ciel est sombre devant nous. Un progrès qui ne met pas l’homme et le respect de la nature en premier ne conduit que dans le mur. Ce n’est pas un vrai progrès puisqu’il apporte avec lui la faux de la mort. Nous savons aujourd’hui que chacun de nous peut quelque chose pour sauver l’avenir. Des terres seront perdues, des îles seront noyées et des peuples devront abandonner leur pays si nous ne faisons pas ici ce que nous pouvons. Ne laissons pas la peur cachée nous paralyser, car tous ensemble nous sommes responsables de notre monde et ce que nous faisons en notre lieu est important pour le monde entier.


     Tad Job an Irien

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17