Réflexion de Job An Irien : Eun dispac’h all ? - Une autre révolution ?

Eun dispac’h all ?        

Jobter

En e leor « An eil Dispac’h-Gall 1965-1984 », bet embannet e 1989, ar zokiologour Henri Mendras a zispleg penaoz eo bet cheñchet emzalhou an dud e berr amzer, merket hiviziken gand eur c’holl euz ar zantimant relijiel, ha penaoz e vefe deuet an den da veza muioc’h-mui hiniennelour. E zoñj a ziverra gand ar c’homzou-mañ : « Emgann  an  oll  eneb  an  oll  ! » Ar pez a vevom abaoe daou viz bremañ a ro deom er c’hontrol da gompren pegement e vank ar re all deom ! Santoud a reom, beteg en on donded, n’om netra hepto hag om gwriet gand an daremprejou on-eus savet ganto. Kavoud a ree deom e c’hellem beva ha beza drezom on-unan, ha padal pa ’z-om rediet da veva on-unan-penn e santom mad pegen goullo eo or buez pa ne dro kén nemed tro-dro d’or bouton-kov. Kaer on-eus gouzoud dre ar c’heleier ar pez a c’hoarvez e pevar gorn ar bed, kement-se n’eo ket awalc’h evid rei deom ar zantimant da veza ha da veva e gwirionez. Marteze on-noa ankounac’heet beteg re on-eus resevet ar vuez ha ne ’z-a houmañ war araog nemed pa vez roet. Raoul Follereau a lavare : « Beva a zo sikour ar re all da veva ! », hag e kav din eo gwir bater ! Ar vleunienn gaer am-eus kutuillet bremaig a zeho ma talhan anezi em dorn. M’am-eus tro da ginnig anezi da unan bennag e lavaro war eun dro an doujañs am-eus evid kaerder an natur, hag an doujañs am-eus ive evid an hini a ginnigan dezañ ar vleunienn-ze. Resevet am-eus anezi euz brokusted an natur, a ro tro din da drugarekaad evid kement a gaerder, hag er memez amzer e ro tro din da lavared d’an hini a roan anezi dezañ ez eo eun dra gaer e vefe eñ aze, e vefe, e vefe anezañ. Pa gomzan euz eur vleunienn e teu soñj din euz an devez-se, - ha me biannig c’hoaz, - p’am-boa bet c’hoant da ginnig d’am mamm eur vleunienn gaer a oa war bord ar poull-kanna. Diêz e oa da baka hag em-boa riklet en dour. Dre jañs e oa deuet va c’henderv d’an zenna euz an dour, hag e-noa kaset ahanon gleb-teil beteg va mamm, gand ar vleunienn atao em dorn. Abaoe e ouezan ne gasim ganeom euz ar bed-mañ nemed ar pez on-no roet, gand sikour ar re all !

An tad Job

Une autre révolution ?        
Dans son livre « La  seconde  révolution  française  1965-1984 », publié en 1989, le sociologue Henri Mendras explique comment les comportements des gens ont changé en peu de temps, marqués désormais par une perte du sentiment religieux, et comment ils seraient devenus de plus en plus individualistes. Il résume son point de vue par ces mots :  « la  lutte  de  tous  contre  tous.  »  Ce que nous vivons depuis maintenant deux mois nous donne à comprendre, au contraire, combien les autres nous manquent ! Nous ressentons, jusqu’au plus profond de nous, que nous ne sommes rien sans eux, et que nous sommes tissés des relations que nous avons établies avec eux. Nous pensions que nous pouvions vivre et exister par nous-mêmes, et voilà que lorsque nous sommes obligés de vivre seuls nous ressentons bien combien notre vie est vide lorsqu’elle ne tourne plus qu’autour de notre nombril. Nous avons beau savoir par les informations ce qui se passe aux quatre coins du monde, ceci ne suffit pas à nous donner le sentiment d’exister et de vivre en vérité. Peut-être avions nous trop oublié que nous avons reçu la vie et que celle-ci ne va de l’avant que lorsqu’elle est donnée. Raoul Follereau disait : « Vivre, c’est aider les autres à vivre ! » et je crois que c’est vrai ! La belle fleur que j’ai cueillie tout à l’heure fanera si je la garde en ma main. Si j’ai l’occasion de la donner à quelqu’un, elle dira en même temps le respect que j’ai pour la beauté de la nature, et le respect que j’ai pour la personne à qui je l’offre. Je l’ai reçue de la générosité de la nature, qui me donne de remercier pour tant de beauté, et en même temps elle me donne l’occasion de dire à celui à qui je la donne que c’est une belle chose qu’il soit là, qu’il vive, qu’il existe. Parlant de fleur, il me revient en mémoire ce jour, - j’étais encore tout petit,- où j’ai eu envie d’offrir à ma mère une belle fleur qui était sur le bord du lavoir. Elle était difficile à saisir et j’ai glissé dans l’eau. Par chance mon cousin est venu me sortir de l’eau et m’a porté tout trempé jusqu’à ma mère, la fleur toujours dans ma main. Depuis ce jour, je sais que nous n’emporterons de cette terre que ce que nous aurons donné, avec l’aide des autres !    

Le père Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Euz petra on-eus aon ? / De quoi avons-nous peur ?

    Euz petra on-eus aon ? Job2019

    Euz a belec’h eo deuet ar seurt aon-ze, a zo en em zilet en or spered abaoe eun nebeud miziou ? Santoud a reem mad e oa eun dra bennag ha ne ’zae ket mad e istor ar bed, ha ne ouiem ket petra. Re vrao oa deuet ar vuez da veza, peogwir e welem euz an eil boavez d’egile ar vuez o hirraad, hag an dud a gant vloaz o tond da veza niverusoc’h niverusa. Kredet on-noa en eun araokadenn heb fin peogwir on-noa pelleet diouz or broiou ar brezel hag an naonegez. War ar mêz e kreske an atañchou muioc’h-mui... Lod tud o-doa sonet ar c’hloc’h-galv koulskoude, peogwir o-doa santet araog ar re all e vedom war eun hent-dall, med n’int ket bet selaouet. Goulenn a raent cheñch hent, med perag cheñch hent pa ’z-eo ken brao an hent a ’z-eom gantañ... Hag eo c’hoarvezet ar C’hovid-19. ’Vel eun taol kurun en or bed digatar, ha neuze eo bet dizoloet on aon kuz, eun aon hag a oa o voudinellaad en or skouarn abaoe pell, eun aon ha ne felle ket deom kleved.

    Mastaret on-eus boul ar bed ha mall eo deom kempenn anezi. N’om ket re ziwezad ma fell deom cheñch on doareou da implij pinvidigeziou ar bed ha da ranna anezo evid gwella mad an oll. An taniou-gwall er Siberi a lavar deom n’on-eus ket amzer da goll. An digoada en Amazonia, ouspenn laerez o boued digand an dud a vev eno, a vir ouz ar bed da denna e alan. Implij ar glaou ha dreist-oll implij divuzul an eoul-douar evid on energiez hag ar plastik ne reont nemed gwasaad stad or bed...

    Evid ar wech kenta marteze euz on istor on-eus aon euz an amzer da zond. Teñval eo an oabl dirazom. Eun araokadenn ha ne lak ket an den hag an doujañs evid an natur da genta ne gas nemed a-benn d’ar voger. N’eo ket eun araokadenn wirion peogwir e tigas ganti falc’h ar maro. Goud a ouezom hirio e c’hell pep hini ahanom ober eun dra bennag evid savetei an amzer da zond. Douarou a vo kollet, inizi a vo beuzet ha poblou a ranko dilezel o bro ma ne reom ket amañ ar pez a c’hellom. Na lezom ket an aon-kuz d’or seiza, rag oll asamblez on-eus ar garg euz or bed, hag ar pez a reom en on lec’h deom-ni a zo a-bouez evid ar bed a-bez.


    De quoi avons-nous peur ?

    D’où est venue cette sorte de peur qui s’est insinuée dans notre esprit depuis quelques mois ? Nous sentions bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas bien dans l’histoire de notre monde, et nous ne savions pas quoi. La vie était devenue trop belle, puisque nous la voyions d’une année sur l’autre s’allonger, et que les gens de cent ans devenaient de plus en plus nombreux. Nous avions cru en un progrès sans fin, puisque nous avions écarté de nos pays la guerre et la famine. Dans les campagnes les fermes s’agrandissaient de plus en plus... Certains avaient pourtant sonné le tocsin, parce qu’ils avaient ressenti avant les autres que nous allions vers une impasse, mais ils n’ont pas été écoutés. Ils demandaient de changer de direction, mais pourquoi changer de direction quand est si belle la route que l’on suit... Et le Covid-19 est arrivé. Comme un coup de tonnerre dans notre ciel sans nuages, et nous avons alors découvert notre peur cachée, une peur qui bourdonnait à nos oreilles depuis longtemps, une peur que nous ne voulions pas entendre.

    Nous avons sali notre globe, et il est plus que temps de le réparer. Nous ne sommes pas trop tard si nous voulons changer nos manières d’utiliser les richesses du monde et les partager pour le meilleur bien de tous. Les incendies en Sibérie nous disent que nous n’avons pas de temps à perdre. La déforestation de l’Amazonie, en plus de voler leur nourriture aux gens qui y vivent, empêche notre monde de respirer. L’utilisation du charbon et surtout l’utilisation démesurée du pétrole pour notre énergie et le plastique ne font qu’empirer l’état de notre monde...

    Pour la première fois peut-être de l’histoire de notre monde, nous avons peur de l’avenir. Le ciel est sombre devant nous. Un progrès qui ne met pas l’homme et le respect de la nature en premier ne conduit que dans le mur. Ce n’est pas un vrai progrès puisqu’il apporte avec lui la faux de la mort. Nous savons aujourd’hui que chacun de nous peut quelque chose pour sauver l’avenir. Des terres seront perdues, des îles seront noyées et des peuples devront abandonner leur pays si nous ne faisons pas ici ce que nous pouvons. Ne laissons pas la peur cachée nous paralyser, car tous ensemble nous sommes responsables de notre monde et ce que nous faisons en notre lieu est important pour le monde entier.


     Tad Job an Irien

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17