Réflexion du Père Job An Irien : Anaoudegez vad ! / Reconnaissance !

Job2019

Anaoudegez vad !

«Poan ar re all a zo skañv da zougen» a vez klevet a-wechou, ha gwir eo e c’hell beza skañv skoaz-ha-skoaz gand ar poaniou a c’heller kaoud on-unan da c’houzañv deveziou ’zo, dreist-oll pa vezont poaniou diremed. Ar gwasa eo marteze pa zeu ar vuez he-unan da veza divlaz ha goullo, pa zeuer da zoñjal ne zervicher mui da netra hag ec’h en em zanter ’vel a re war an tamm douar-mañ. Kalz tud koz, hag a rank beva o-unan-penn, a en em lez evel-se da vond a-nebeudou, ma n’eus den ebed d’o zacha ouz kostez ar vuez. Penaoz neuze dougen ganto o foan ? Ar gozni hag ar c’hleñved ouspenn a vir outo da gas da benn ar pez o-defe c’hoant ober, hag e kollont kalon. Eun devez araog beza kraouiet em-eus bet tro da vond da weled eur vamm-goz hag a zeblant evel-se peurliesa beza kollet ha digalonekeet. En deiz-se e oa laouen kenañ, hag em-eus goulennet diganti petra ’oa c’hoarvezet, ha setu amañ ar pez he-deus kontet din.

«Va merc’h vian, plac’h yaouank bremañ, a zo deuet da weled ahanon. Hag e serr kozeal, he-deus digaset soñj din euz eur gouignenn am-boa desket dezi ober eun deg vloaz bennag araog, hervezi. N’am-boa ket an disterra soñj a gement-se. ‘Ma karez, emezi, e raim unan asamblez, rag dalhet ’m-eus soñj mad euz ar pez ’poa lavaret din !’ Hag hi da vond d’ar gegin da glask peadra da farda ar gouignenn. Eet on ganti, souezet eun tamm. Goulenn a rae diganin ‘E pelec’h ema an dra-mañ, hag an dra-ze ?’ hag e sikouren anezi da gavoud kement tra a oa defot. Ha neuze, a-greiz pep kreiz, ’vel en eun huñvre, eo deuet soñj din euz ar pez am-boa desket dezi, hag em-eus lavaret ‘Lez ahanon bremañ da ober. Me ’gav din am-eus soñj en-dro !’ Hag he-deus sikouret ahanon da gas al labour da benn ! Nag om bet laouen on-diou o tañva ar gouignenn-ze asamblez goude-ze !»

Dre ma konte din an draig-se e welen orin he levenez : bez’ e oa c’hoaz gouest da ober eun dra bennag ha dreist-oll da ober plijadur. Karantez he merc’h-vian ’doa sachet anezi ouz kostez ar vuez. Gouzoud a rae bremañ ne oa ket bet kollet ar pez he-doa roet, hag an dra-ze a rae dezi beza sederroc’h. N’eus ket ’vel an anaoudegez vad evid lakaad an den en e zav !


 Reconnaissance !

«La peine des autres est légère à porter» entend-on parfois, et c’est vrai qu’elle peut être légère en comparaison de celles que nous pouvons avoir à porter certains jours, surtout quand elles sont irrémédiables. Le pire peut-être c’est lorsque la vie elle-même devient insipide et vide, et qu’on en vient à penser qu’on ne sert plus à rien et qu’on est comme de trop sur cette terre. Beaucoup de personnes âgées, qui vivent seules, se laissent ainsi aller peu à peu, si elles n’ont personne pour les tirer du côté de la vie. Comment alors les aider à porter leur peine ? La vieillesse ainsi que la maladie les empêchent de réaliser ce qu’elles aimeraient faire, et elles se découragent. Un jour avant le confinement, j’ai eu l’occasion d’aller voir une grand-mère qui semble ainsi la plupart du temps être perdue et découragée. Ce jour-là, elle était très joyeuse; je lui ai demandé ce qui était arrivé et voici ce qu’elle m’a raconté.

«Ma petite fille, jeune fille maintenant, est venue me voir. En bavardant, elle a évoqué le souvenir d’un gâteau que je lui aurais appris à faire, une dizaine d’années auparavant, selon elle. Je n’en avais aucun souvenir. ‘Si tu veux, dit-elle, nous en ferons un ensemble, car je me souviens bien de ce que tu m’avais dit !’ Et elle de se rendre dans la cuisine pour chercher tous les ingrédients nécessaires pour confectionner le gâteau. Je l’ai suivie, un peu étonnée. Elle me demandait : ‘Où se trouve ceci et cela ?’ et je l’aidais à trouver tout ce qu’il fallait. Et alors, au milieu de tout, comme en rêve, m’est revenu le souvenir de ce que je lui avais appris, et j’ai dit : ‘Laisse-moi faire maintenant. Je crois que je me souviens !’ Et elle m’a aidée à terminer. Que nous avons été heureuses toutes les deux ensuite à goûter ensemble ce gâteau !»

Au fur et à mesure qu’elle me racontait ce fait, je voyais l’origine de sa joie : elle était encore capable de faire quelque chose, et surtout de faire plaisir. L’amour de sa petite fille l’avait tirée du côté de la vie. Elle savait maintenant que n’avait pas été perdu ce qu’elle avait donné, et cela la rendait plus sereine. Il n’y a pas comme la reconnaissance pour mettre quelqu’un debout !

 Tad Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Euz petra on-eus aon ? / De quoi avons-nous peur ?

    Euz petra on-eus aon ? Job2019

    Euz a belec’h eo deuet ar seurt aon-ze, a zo en em zilet en or spered abaoe eun nebeud miziou ? Santoud a reem mad e oa eun dra bennag ha ne ’zae ket mad e istor ar bed, ha ne ouiem ket petra. Re vrao oa deuet ar vuez da veza, peogwir e welem euz an eil boavez d’egile ar vuez o hirraad, hag an dud a gant vloaz o tond da veza niverusoc’h niverusa. Kredet on-noa en eun araokadenn heb fin peogwir on-noa pelleet diouz or broiou ar brezel hag an naonegez. War ar mêz e kreske an atañchou muioc’h-mui... Lod tud o-doa sonet ar c’hloc’h-galv koulskoude, peogwir o-doa santet araog ar re all e vedom war eun hent-dall, med n’int ket bet selaouet. Goulenn a raent cheñch hent, med perag cheñch hent pa ’z-eo ken brao an hent a ’z-eom gantañ... Hag eo c’hoarvezet ar C’hovid-19. ’Vel eun taol kurun en or bed digatar, ha neuze eo bet dizoloet on aon kuz, eun aon hag a oa o voudinellaad en or skouarn abaoe pell, eun aon ha ne felle ket deom kleved.

    Mastaret on-eus boul ar bed ha mall eo deom kempenn anezi. N’om ket re ziwezad ma fell deom cheñch on doareou da implij pinvidigeziou ar bed ha da ranna anezo evid gwella mad an oll. An taniou-gwall er Siberi a lavar deom n’on-eus ket amzer da goll. An digoada en Amazonia, ouspenn laerez o boued digand an dud a vev eno, a vir ouz ar bed da denna e alan. Implij ar glaou ha dreist-oll implij divuzul an eoul-douar evid on energiez hag ar plastik ne reont nemed gwasaad stad or bed...

    Evid ar wech kenta marteze euz on istor on-eus aon euz an amzer da zond. Teñval eo an oabl dirazom. Eun araokadenn ha ne lak ket an den hag an doujañs evid an natur da genta ne gas nemed a-benn d’ar voger. N’eo ket eun araokadenn wirion peogwir e tigas ganti falc’h ar maro. Goud a ouezom hirio e c’hell pep hini ahanom ober eun dra bennag evid savetei an amzer da zond. Douarou a vo kollet, inizi a vo beuzet ha poblou a ranko dilezel o bro ma ne reom ket amañ ar pez a c’hellom. Na lezom ket an aon-kuz d’or seiza, rag oll asamblez on-eus ar garg euz or bed, hag ar pez a reom en on lec’h deom-ni a zo a-bouez evid ar bed a-bez.


    De quoi avons-nous peur ?

    D’où est venue cette sorte de peur qui s’est insinuée dans notre esprit depuis quelques mois ? Nous sentions bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas bien dans l’histoire de notre monde, et nous ne savions pas quoi. La vie était devenue trop belle, puisque nous la voyions d’une année sur l’autre s’allonger, et que les gens de cent ans devenaient de plus en plus nombreux. Nous avions cru en un progrès sans fin, puisque nous avions écarté de nos pays la guerre et la famine. Dans les campagnes les fermes s’agrandissaient de plus en plus... Certains avaient pourtant sonné le tocsin, parce qu’ils avaient ressenti avant les autres que nous allions vers une impasse, mais ils n’ont pas été écoutés. Ils demandaient de changer de direction, mais pourquoi changer de direction quand est si belle la route que l’on suit... Et le Covid-19 est arrivé. Comme un coup de tonnerre dans notre ciel sans nuages, et nous avons alors découvert notre peur cachée, une peur qui bourdonnait à nos oreilles depuis longtemps, une peur que nous ne voulions pas entendre.

    Nous avons sali notre globe, et il est plus que temps de le réparer. Nous ne sommes pas trop tard si nous voulons changer nos manières d’utiliser les richesses du monde et les partager pour le meilleur bien de tous. Les incendies en Sibérie nous disent que nous n’avons pas de temps à perdre. La déforestation de l’Amazonie, en plus de voler leur nourriture aux gens qui y vivent, empêche notre monde de respirer. L’utilisation du charbon et surtout l’utilisation démesurée du pétrole pour notre énergie et le plastique ne font qu’empirer l’état de notre monde...

    Pour la première fois peut-être de l’histoire de notre monde, nous avons peur de l’avenir. Le ciel est sombre devant nous. Un progrès qui ne met pas l’homme et le respect de la nature en premier ne conduit que dans le mur. Ce n’est pas un vrai progrès puisqu’il apporte avec lui la faux de la mort. Nous savons aujourd’hui que chacun de nous peut quelque chose pour sauver l’avenir. Des terres seront perdues, des îles seront noyées et des peuples devront abandonner leur pays si nous ne faisons pas ici ce que nous pouvons. Ne laissons pas la peur cachée nous paralyser, car tous ensemble nous sommes responsables de notre monde et ce que nous faisons en notre lieu est important pour le monde entier.


     Tad Job an Irien

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17