Billet du Père Job an Irien : Dibab ar vuez / Choisis la vie

Dibab ar vuez Job2019

Ma soñjom kement er vuez, er frankiz hag en amzer da zond er mare-mañ eo ablamour d’ar maro deuet d’or gelei gand e skeud dre ar virus-kurunenn. Hag e teuom a-greiz-pep-kreiz d’en em renta kont ez om bresk ha berrbaduz, ha ni a gave deom beza pelleet ar maro gand on teknikou. Bemdez e vez digaset soñj deom ez-eus tud hag a vez falhet gand ar c’hleñved hag, er memez amzer, e welom mad tro-dro deom ar vuez o vond war-raog e peb doare! Heb fin eo an emgann etre ar maro hag ar vuez. «Lakaet am-eus dirazout ar vuez hag ar maro. Dibab ar vuez !» eme ar Bibl. P’emaom o tigraouia tamm ha tamm e santom or bezo ezomm ouspenn an teknikou evid dibab ar vuez, rag dibab ar vuez a zo digemer war eun dro an diabarz hag an diavêz.
Abaoe ar 17 a viz meurz om bet rediet da veva en diabarz, da lavared eo en or bed deom-ni on-unan-penn, hag evid lod gand on tud deom-ni hepkén. An diavêz a vedo pelleet, hag e drouz zokén ne zeue deom nemed dre gwagennou an tele pe ar radio. Deuet e oa da veza eur bed a zañjer kuz, rag eur viruz n’e-neus bro ebed hag e c’hell pourmen euz an eil bro d’eben. Darn o-deus bevet ar zizunveziou-ze ’vel eur seurt retred da adlenn o buez, ha d’en em renta kont pegement e vedont stag ouz ar re all, pegement o-doa ezomm anezo paneve nemed evid beva.
Ha setu an nor o tigeri ! « Torret eo ar roued ha setu ni dinijet kuit!» a lavar ar zalm. Ha dond a raim en-dro da veza tud an diavêz hepkén, tud lonket gand ar pez a reom, heb derhel kont euz ar pez ez om en on diabarz ? On amzer a graouiadeg ’neus desket deom koulskoude e oa eun dra a dalvoudegez gouzoud trugarekaad evid kement tra gaer a vevom pe a welom bemdez, dreist-oll marteze ar re guzeta hag a roe c’hoant deom da stlakal on daouarn bep abardaez ?
On diabarz eo a zikouro ahanom da rei eul liou d’ar pez a zeu deom dre an diavêz. Kenskoazell ha karantez, vertuziou on diabarz, ne reont ket a drouz, med hepto e teu an diavêz da veza re aliez trouz goullo ha divlaz. Ezomm on-eus anezo da vuezekaad ar bed da zond !


Choisis la vie
Si nous pensons tellement à la vie, à la liberté et à l’avenir ces temps-ci c’est parce que la mort est venue nous recouvrir de son ambre par le corona-virus. Et d’un seul coup, nous nous rendons compte que nous sommes fragiles et éphémères, nous qui pensions avoir éloigné la mort par nos techniques. On nous rappelle chaque jour qu’il y a des gens fauchés par la maladie, et dans le même temps nous voyons bien autour de nous la vie s’épanouir de mille façons. Le combat entre la vie et la mort est sans fin. «J’ai mis devant toi la vie et la mort: choisis la vie !» dit la Bible. Au moment où nous déconfinons petit à petit, nous sentons bien que nous aurons besoin davantage que de techniques pour choisir la vie, car choisir la vie c’est accueillir à la fois l’intérieur et l’extérieur.
Depuis le 17 mars, nous avons été obligés de vivre à l’intérieur, c’est à dire dans notre monde à nous tous seuls, et pour certains avec seulement les nôtres. L’extérieur s’était éloigné, et son bruit ne nous parvenait plus que par les ondes de la télé ou de la radio. L’extérieur était devenu un monde de danger caché, car un virus n’a pas de pays et peut se propager d’un pays à l’autre. Certains ont vécu ces semaines comme une sorte de retraite pour relire leur vie, et se rendre compte combien ils dépendaient des autres, combien ils avaient besoin d’eux, ne serait-ce que pour vivre.
Et voici que la porte s’ouvre ! «Le filet s’est rompu et nous nous sommes envolés!» dit le psaume. Redeviendrons-nous des gens de l’extérieur seulement, avalés par ce que nous faisons, sans tenir compte de ce que nous sommes intérieurement ? Notre temps de confinement nous a pourtant appris que c’était important de savoir remercier pour toutes les belles choses que nous vivons et voyons chaque jour, peut-être même les plus cachées qui nous donnaient envie d’applaudir tous les soirs !
C’est notre intérieur qui nous aidera à donner une couleur à ce qui nous vient de l’extérieur. Solidarité et amour, vertus de l’intérieur, ne font pas de bruit, mais sans elles l’extérieur devient trop souvent bruit vide et insipide. Nous en aurons bien besoin pour vivifier le monde qui vient !
Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Hanter-Eost / Quinze août

    Hanter-Eost Rumengol

    Azeza ha chom trankil ! Ehana da zoñjal er pez a vefe c’hoaz da ober. Chom a-zav da vad eur frapadig d’an nebeuta ha selaou. Sioul eo ar zaout er park e kichenn, peuri a reont. An avel a hej gouestadig deliou ar gwez el liorz, med ne welan labous ebed : morgousket int moarvad gand an dommder. Ar c’houmoul a zeu hag a ya heb lavared da belec’h ez eont. Kuzad ha dispaka an heol a reont, beb eil, heb goulenn on ali. Er pellder, linenn diskompez ar Menez-Are euz Sant-Mikael beteg ar Menez-Hom a gloz an daolenn. Trouz all ebed nemed an avelig flour a gan en deliou. Gwir eo : Hanter-Eost eo, gouel braz ar Werhez e kement ha kement a lehiou en or bro. Med er bloaz-mañ n’eo nemed eun hanter-pardon, heb bannielou na prosesion. Eun deiz kaer eo koulskoude ken dedennet ma ’z-om gand dremm lugernuz ar Werhez-se.

    Eur seurt mister eo : roet on-eus he ano da gement a feunteuniou, a japeliou hag a ilizou beteg dond da veza Itron-Varia a beb lec’h pe dost, hag ouspenn beza kanet war toniou anavezet, ma rankom en em c’houlenn perag. Hag ezomm on-noa da gaoud eur vamm d’on digemer en tu all d’ar maro, war dreuzou ar baradoz, pa vefe echu ganeom on treuz war an tamm douar-mañ ? Skeudenn douster or mamm e bloaveziou kenta or bugaleaj eo a glaskom neuze e Mari. Med marteze eo red klask pelloc’h, ha gweled he dremm lugernuz d’an deiz m’eo savet he Mab da veo. Hi, hag he-doa treuzet kement a boaniou hag a anken moarvad gand he Mab azaleg ar penn-kenta, ha n’he-doa morse kollet fiziañs, hi a lavar da bep hini ahanom ar memez tra : «bezit fiziañs ! Gouzoud a ran da belec’h e kas hoc’h istor. An daelou am-eus skuillet p’eo marvet va mab a zo ive ho re deoc’h c’hwi, hag e vezint sehet ’vel m’eo bet sehet va re da vintin Pask.»

    Me gav din eo ablamour da ze o-deus on tadou dibabet Mari da vamm evid atao, ha bian pe braz, he fardon a vezo atao eur pardon laouen, daoust d’ar c’hovid daonet-se. Hanter-Eost laouen d’an oll !


    Quinze août

    S’asseoir et rester tranquille ! Arrêter de penser à ce qui serait encore à faire. S’arrêter réellement un moment au moins, et écouter. Les vaches sont calmes dans le champ à côté, elles broutent. Le vent agite doucement les feuilles des arbres dans le jardin, mais je ne vois aucun oiseau : ils sont probablement assoupis par la chaleur. Les nuages vont et viennent sans dire où ils vont. Ils cachent et révèlent le soleil, tour à tour, sans demander notre avis. Au loin, la ligne irrégulière des Monts d’Arrée de Saint-Michel au Ménez-Hom complète le tableau. Pas d’autre bruit que celui du vent léger qui chante dans les feuilles. C’est vrai : c’est le quinze août, la fête de la Vierge en tant et tant de lieux chez nous. Mais cette année, ce ne sera qu’un demi-pardon, sans bannières ni procession. C’est un beau jour pourtant, tellement nous sommes attirés par le visage rayonnant de cette Vierge.

    C’est un peu un mystère : elle a donné son nom à tant de fontaines, de chapelles et d’églises, jusqu’à devenir la Notre-Dame de tout lieu ou presque, et en outre elle est chantée sur tant d’airs connus, qu’il nous faut bien nous demander pourquoi. Avions-nous besoin d’avoir une mère pour nous accueillir au-delà de la mort, sur le seuil du paradis, quand nous aurions terminé notre passage sur cette terre ? C’est la douce figure de notre mère dans les premières années de notre enfance que nous chercherions alors en Marie. Mais peut-être faut-il chercher plus loin, et voir son visage rayonnant le jour où son Fils est ressuscité. Elle qui avait traversé tant de souffrances et sans doute d’angoisses avec son Fils dès le début, et qui n’avait jamais perdu confiance, elle dit à chacun de nous : «Ayez confiance ! Je sais où conduit votre histoire. Les larmes que j’ai versées lorsque mon fils est mort sont aussi les vôtres, et elles seront sèchées comme ont été sèchées les miennes au matin de Pâques.»

    Je pense que c’est à cause de cela que nos pères ont choisi Marie pour mère pour toujours. Petit ou grand, son pardon sera toujours un pardon joyeux, malgré ce damné Covid. Joyeux quinze août à chacun !

    Tad Job

  • An Niverenn Nevez (171) MINIHI LEVENEZ / Nouveau numéro (171) de la revue MINIHI LEVENEZ

    An dour hag an aoter IV

    Eur groaz a waziou-dour dindan an aoter. ...gand Job an Irien

    Buez sant Gwenole gand Goulc'han Kervella ha c'hoariet gand pirhirined "EN HENT"
     
    NN171
     

    L'EAU ET L'AUTEL (4ème partie)

    Une croix de veines d'eau sous l'autel par Job an Irien

    La vie de Saint Gwenole par Goulc'han Kervella, jouée par les pèlerins d'EN HENT.



    Koumanant bloaz (Bep eil miz),
    Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ" : 50 €

    Minihi Levenez niverenn 171 EBREL 2020

    KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :
    Evid prena / Bon de commande

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17