Billet du Père Job an Irien : Distro an tre / Le commencement du reflux

Distro an tre Jobtaol

Chagall, al livour Juzeo brudet, e-noa ranket meur a wech tehed euz e vro, ar Rusi, an Alamagn ha Pariz zokén, ablamour d’al lezennou eneb-juzeo. O soñjal en e yaouankiz eüruz e-neus skrivet eun deiz : «Ma ya kement buez, anad eo, war-zu eun termen, e tleom, keid ha ma pad, rei dezi liou ar garantez hag an esper !» Ar zoñj-se a zeu din ivez p’emaom bremañ o tigraouia tamm ha tamm. Daoust hag an amzer ma ’z’om bet kraouiet ’neus hadet ennom eun nebeud soñjou a garantez hag a esper, pe ez int dija nijet da bell gand diêzamañchou ar vuez pemdezieg ?
Eur skeudenn all a zeu war va spered diwar eun abadenn tele gwelet ganin eur pennadig ’zo dija, eun abadenn gouestlet d’ar c’hoajou. Pa ‘z-eer da bourmen e koajou ha n’int ket bet plantet gand an den, e weler mad ne zav ket ar gwez stok ha stok. Plas a zo etrezo, evid ma c’hellfe pep hini anezo kreski ha sevel hervez e vent. Hag ar pez e-neus souezet ahanon eo gouzoud pegement a liammou a zo etrezo dre zindan douar, ha kement-se dre rouejou ar c’hebel-touseg. Ne ouiem ket e oa gouest evel-se ar gwez da rei kelou euz an eil gwezenn d’eben ma oa eun dañjer bennag o tostaad. Kement-se a zo bet evidon ’vel eur skwer euz ar pez on-eus bevet. Ne veze ket gwelet, ha koulskoude e veze daremprejou etrezom !
Marteze on-eus desket zokén ema or buez ivez etre daouarn ar re all, hag ema or buez deom oll etre daouarn an eil egile. Oll ec’h esperom e raio ar re all ar pez a zo dleet evid pellaad ar c’hleñved, ha ni kenkoulz all a ra ar pez a c’hellom evid soursial outo. Gouzoud a reom bremañ emaom oll war ar memez bag, hejet ha dihejet gand eun gwall-amzer ha ne c’hortozem ket, ha ma seblant sioulaad eun tamm, e ouezom koulskoude n’eo ket echu an emgann. Eur frankiz nevez eo on-eus da zeski, eur frankiz hag a zalc’h soñj euz ar re all. Ne c’hello ket kén soñjal hepkén en on ezommou deom-ni ; red eo deom ive soñjal e gwella mad an oll. Ha kement ha ma c’hellim, hada tro-dro deom karantez hag esper. Or bed a vefe laouennoc’h !



Le commencement du reflux

Chagall, le peintre renommé, avait dû plusieurs fois fuir son pays, la Russie, l’Allemagne et même Paris à cause des lois anti-juives. Pendant son enfance heureuse, il écrivit un jour : «Si toute vie, inévitablement tire vers sa fin, nous devons, autant qu’elle dure, lui donner les couleurs de l’amour et de l’espoir.» Cette même pensée me vient, maintenant que nous déconfinons peu à peu. Est-ce que ce temps où nous avons été confinés a semé en nous quelques pensées d’amour et d’espoir, ou se sont-elles déjà envolées bien loin en raison des difficultés de la vie quotidienne ?
Une seconde image me vient à l’esprit, suscitée par une émission de télé que j’ai eu l’occasion de voir il y a quelque temps, une émission consacrée aux forêts. Lorsque l’on va se promener dans des forêts qui n’ont pas été plantées par l’homme, on voit bien que les arbres ne poussent pas à se toucher. Il y a de l’espace entre eux, pour que chacun puisse grandir et s’élever selon sa propre taille. Et ce qui m’a le plus surpris a été de savoir les liens qui existent entre eux sous le sol, et cela grâce aux réseaux des champignons. Nous ne savions pas que les arbres pouvaient ainsi se transmettre des informations d’un arbre à l’autre si quelque danger approchait. Cela a été pour moi comme une parabole de ce que nous avons vécu. Cela ne se voyait pas, et pourtant il y avait des relations entre nous !
Peut-être même avons-nous appris que notre vie est aussi entre les mains des autres, et que notre vie à tous est entre les mains des uns et des autres. Nous espérons tous que les autres feront ce qu’il faut pour éloigner la maladie, et nous-mêmes nous faisons ce que nous pouvons pour nous soucier des autres. Nous savons bien que nous sommes embarqués dans le même bateau, bien secoués par une tempête que nous n’attendions pas, et si celle-ci semble se calmer un peu, nous savons cependant que le combat n’est pas terminé. C’est une nouvelle liberté qu’il nous faut apprendre, une liberté qui tient compte des autres. Nous ne pouvons plus penser seulement à nos propres besoins ; il nous faut aussi penser au bien commun. Et autant que nous le pourrons, semer autour de nous l’amour et l’espoir. Notre monde en serait plus joyeux !
Tad Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Euz petra on-eus aon ? / De quoi avons-nous peur ?

    Euz petra on-eus aon ? Job2019

    Euz a belec’h eo deuet ar seurt aon-ze, a zo en em zilet en or spered abaoe eun nebeud miziou ? Santoud a reem mad e oa eun dra bennag ha ne ’zae ket mad e istor ar bed, ha ne ouiem ket petra. Re vrao oa deuet ar vuez da veza, peogwir e welem euz an eil boavez d’egile ar vuez o hirraad, hag an dud a gant vloaz o tond da veza niverusoc’h niverusa. Kredet on-noa en eun araokadenn heb fin peogwir on-noa pelleet diouz or broiou ar brezel hag an naonegez. War ar mêz e kreske an atañchou muioc’h-mui... Lod tud o-doa sonet ar c’hloc’h-galv koulskoude, peogwir o-doa santet araog ar re all e vedom war eun hent-dall, med n’int ket bet selaouet. Goulenn a raent cheñch hent, med perag cheñch hent pa ’z-eo ken brao an hent a ’z-eom gantañ... Hag eo c’hoarvezet ar C’hovid-19. ’Vel eun taol kurun en or bed digatar, ha neuze eo bet dizoloet on aon kuz, eun aon hag a oa o voudinellaad en or skouarn abaoe pell, eun aon ha ne felle ket deom kleved.

    Mastaret on-eus boul ar bed ha mall eo deom kempenn anezi. N’om ket re ziwezad ma fell deom cheñch on doareou da implij pinvidigeziou ar bed ha da ranna anezo evid gwella mad an oll. An taniou-gwall er Siberi a lavar deom n’on-eus ket amzer da goll. An digoada en Amazonia, ouspenn laerez o boued digand an dud a vev eno, a vir ouz ar bed da denna e alan. Implij ar glaou ha dreist-oll implij divuzul an eoul-douar evid on energiez hag ar plastik ne reont nemed gwasaad stad or bed...

    Evid ar wech kenta marteze euz on istor on-eus aon euz an amzer da zond. Teñval eo an oabl dirazom. Eun araokadenn ha ne lak ket an den hag an doujañs evid an natur da genta ne gas nemed a-benn d’ar voger. N’eo ket eun araokadenn wirion peogwir e tigas ganti falc’h ar maro. Goud a ouezom hirio e c’hell pep hini ahanom ober eun dra bennag evid savetei an amzer da zond. Douarou a vo kollet, inizi a vo beuzet ha poblou a ranko dilezel o bro ma ne reom ket amañ ar pez a c’hellom. Na lezom ket an aon-kuz d’or seiza, rag oll asamblez on-eus ar garg euz or bed, hag ar pez a reom en on lec’h deom-ni a zo a-bouez evid ar bed a-bez.


    De quoi avons-nous peur ?

    D’où est venue cette sorte de peur qui s’est insinuée dans notre esprit depuis quelques mois ? Nous sentions bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas bien dans l’histoire de notre monde, et nous ne savions pas quoi. La vie était devenue trop belle, puisque nous la voyions d’une année sur l’autre s’allonger, et que les gens de cent ans devenaient de plus en plus nombreux. Nous avions cru en un progrès sans fin, puisque nous avions écarté de nos pays la guerre et la famine. Dans les campagnes les fermes s’agrandissaient de plus en plus... Certains avaient pourtant sonné le tocsin, parce qu’ils avaient ressenti avant les autres que nous allions vers une impasse, mais ils n’ont pas été écoutés. Ils demandaient de changer de direction, mais pourquoi changer de direction quand est si belle la route que l’on suit... Et le Covid-19 est arrivé. Comme un coup de tonnerre dans notre ciel sans nuages, et nous avons alors découvert notre peur cachée, une peur qui bourdonnait à nos oreilles depuis longtemps, une peur que nous ne voulions pas entendre.

    Nous avons sali notre globe, et il est plus que temps de le réparer. Nous ne sommes pas trop tard si nous voulons changer nos manières d’utiliser les richesses du monde et les partager pour le meilleur bien de tous. Les incendies en Sibérie nous disent que nous n’avons pas de temps à perdre. La déforestation de l’Amazonie, en plus de voler leur nourriture aux gens qui y vivent, empêche notre monde de respirer. L’utilisation du charbon et surtout l’utilisation démesurée du pétrole pour notre énergie et le plastique ne font qu’empirer l’état de notre monde...

    Pour la première fois peut-être de l’histoire de notre monde, nous avons peur de l’avenir. Le ciel est sombre devant nous. Un progrès qui ne met pas l’homme et le respect de la nature en premier ne conduit que dans le mur. Ce n’est pas un vrai progrès puisqu’il apporte avec lui la faux de la mort. Nous savons aujourd’hui que chacun de nous peut quelque chose pour sauver l’avenir. Des terres seront perdues, des îles seront noyées et des peuples devront abandonner leur pays si nous ne faisons pas ici ce que nous pouvons. Ne laissons pas la peur cachée nous paralyser, car tous ensemble nous sommes responsables de notre monde et ce que nous faisons en notre lieu est important pour le monde entier.


     Tad Job an Irien

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17