Billet du Père Job an Irien : Eul louzou ? / Un remède ?

Eul louzou ? Jobtaol

«Kollet he-deus he fenn ! Ne oar ket kén e pelec’h ema. A-vec’h ma anavez ahanon pa ’z-an da weled anezi. En em c’houlenn a ran ha n’on-eus ket gortozet re araog klask eun ti-retred eviti. Med red e oa ober eun dra bennag, rag dañjeruz e teue da veza eviti chom hec’h unan-penn en he zi : koueza a rae aliez hag he-doa ezomm sikour noz-deiz koulz lavared... Penaoz rei kalon dezi da veva ? Marteze n’on-eus ket gwarezet anezi awalc’h. Hag ar C’hovid 19 a zo bet eur spont eviti...» Kollet da vad e zeblante ar vaouez-se beza hag e konte din he glahar hag he skuizder. N’he-doa morse soñjet e c’hoarvezfe kement-se gand he mamm, hag a oa bet atao ken laouen ha ken beo-birvidig.

Eveljust, n’am-boa respont ebed da rei dezi, ne c’hellen nemed selaou anezi. Konta a reas din an deveziou ’lec’h ma oa bet kraouiet he mamm, hec’h unan-penn en he c’hambr, ha ne c’helle ket kén mond da weled anezi... Pegen diêz ! E-serr konta din buez he mamm, e c’houlennis diganti m’he-doa soñj euz deveziou ’lec’h ma oa bet he mamm eüruz ablamour dezi, he merc’h, ha ma oant bet eüruz asamblez er mareou-ze. Chom a reas mud eur pennadig. Ne wele ket, rag n’he-doa morse soñjet en dra-ze. A-nebeudou e teuas soñj dezi euz daou pe dri vare dreist-oll ’lec’h m’he-doa gwelet levenez vraz o sklêrijenna daoulagad he mamm ablamour dezi, he merc’h. «Pa c’helli, digas soñj d’az mamm euz ar mareou-ze, ’n-eur gemer da amzer, ha marteze e tihuno he spered en-dro !»

Gouzoud a ran mad ne c’helle ket va c’homzou respont da c’hlahar ar vaouez-se, med gouzoud a ran ive o-deus ar re goz ezomm da veza anavezet evid ar pez a vad o-deus greet. Lavared dezo on anaoudegez vad, lavared dezo or c’harantez evito n’eo ket amzer gollet : ar c’hontrol eo, peogwir eo or gwella doare da rei dezo da intent e kontont evidom. Techet awalc’h int dija da weled kement tra e du, ha d’en em varn. Diskouez dezo e karom anezo a vezo atao ar gwella louzou evid o zacha ouz kostez ar vuez !


 Un remède ?

«Elle a perdu la tête ! Elle ne sait plus où elle est. A peine me reconnaît-elle quand je vais la voir. Je me demande si nous n’avons pas trop attendu avant de lui trouver une maison de retraite. Mais il fallait bien faire quelque chose, car cela devenait trop dangereux pour elle de rester toute seule dans sa maison : elle tombait souvent et elle avait besoin d’aide pratiquement jour et nuit... Comment l’encourager à vivre ? Peut-être ne l’avons nous pas assez protégée. Et le Covid 19 a été épouvantable pour elle...» Cette femme qui me racontait sa tristesse et sa fatigue semblait totalement perdue. Elle n’avait jamais imaginé que quelque chose de semblable arrive à sa mère, qui avait toujours été si joyeuse et si vivante.
Je n’avais bien sûr aucune réponse à lui donner, je ne pouvais que l’écouter. Elle me raconta les jours où sa mère avait été confinée, toute seule dans sa chambre, et qu’elle ne pouvait même plus aller la voir... Que c’était dur ! Comme elle me racontait la vie de sa mère, je lui demandai si elle se souvenait de jours où sa mère avait été heureuse à cause d’elle, sa fille, et si elles avaient été heureuses ensemble en ces moments là. Elle resta muette un moment. Elle ne voyait pas, car elle n’avait jamais réfléchi à cela. Peu à peu elle se souvint de deux ou trois moments surtout où elle avait vu une grande joie éclairer le regard de sa mère à cause d’elle, sa fille. «Quand tu pourras, rappelle à ta maman ces moments-là, en prenant ton temps, et son esprit se réveillera peut-être !»
Je sais bien que mes paroles ne pouvaient pas répondre à l’affliction de cette femme, mais je sais aussi que les personnes âgées ont besoin d’être reconnues pour ce qu’elles ont fait de bien. Leur dire notre reconnaissance, leur dire notre amour, ce n’est pas du temps perdu : au contraire, car c’est la meilleure façon de leur faire comprendre qu’elles comptent pour nous. Elles ont déjà trop tendance à tout voir en noir, et à se juger. Leur montrer que nous les aimons sera toujours le meilleur remède pour les tirer du côté de la vie !

Tad Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Hanter-Eost / Quinze août

    Hanter-Eost Rumengol

    Azeza ha chom trankil ! Ehana da zoñjal er pez a vefe c’hoaz da ober. Chom a-zav da vad eur frapadig d’an nebeuta ha selaou. Sioul eo ar zaout er park e kichenn, peuri a reont. An avel a hej gouestadig deliou ar gwez el liorz, med ne welan labous ebed : morgousket int moarvad gand an dommder. Ar c’houmoul a zeu hag a ya heb lavared da belec’h ez eont. Kuzad ha dispaka an heol a reont, beb eil, heb goulenn on ali. Er pellder, linenn diskompez ar Menez-Are euz Sant-Mikael beteg ar Menez-Hom a gloz an daolenn. Trouz all ebed nemed an avelig flour a gan en deliou. Gwir eo : Hanter-Eost eo, gouel braz ar Werhez e kement ha kement a lehiou en or bro. Med er bloaz-mañ n’eo nemed eun hanter-pardon, heb bannielou na prosesion. Eun deiz kaer eo koulskoude ken dedennet ma ’z-om gand dremm lugernuz ar Werhez-se.

    Eur seurt mister eo : roet on-eus he ano da gement a feunteuniou, a japeliou hag a ilizou beteg dond da veza Itron-Varia a beb lec’h pe dost, hag ouspenn beza kanet war toniou anavezet, ma rankom en em c’houlenn perag. Hag ezomm on-noa da gaoud eur vamm d’on digemer en tu all d’ar maro, war dreuzou ar baradoz, pa vefe echu ganeom on treuz war an tamm douar-mañ ? Skeudenn douster or mamm e bloaveziou kenta or bugaleaj eo a glaskom neuze e Mari. Med marteze eo red klask pelloc’h, ha gweled he dremm lugernuz d’an deiz m’eo savet he Mab da veo. Hi, hag he-doa treuzet kement a boaniou hag a anken moarvad gand he Mab azaleg ar penn-kenta, ha n’he-doa morse kollet fiziañs, hi a lavar da bep hini ahanom ar memez tra : «bezit fiziañs ! Gouzoud a ran da belec’h e kas hoc’h istor. An daelou am-eus skuillet p’eo marvet va mab a zo ive ho re deoc’h c’hwi, hag e vezint sehet ’vel m’eo bet sehet va re da vintin Pask.»

    Me gav din eo ablamour da ze o-deus on tadou dibabet Mari da vamm evid atao, ha bian pe braz, he fardon a vezo atao eur pardon laouen, daoust d’ar c’hovid daonet-se. Hanter-Eost laouen d’an oll !


    Quinze août

    S’asseoir et rester tranquille ! Arrêter de penser à ce qui serait encore à faire. S’arrêter réellement un moment au moins, et écouter. Les vaches sont calmes dans le champ à côté, elles broutent. Le vent agite doucement les feuilles des arbres dans le jardin, mais je ne vois aucun oiseau : ils sont probablement assoupis par la chaleur. Les nuages vont et viennent sans dire où ils vont. Ils cachent et révèlent le soleil, tour à tour, sans demander notre avis. Au loin, la ligne irrégulière des Monts d’Arrée de Saint-Michel au Ménez-Hom complète le tableau. Pas d’autre bruit que celui du vent léger qui chante dans les feuilles. C’est vrai : c’est le quinze août, la fête de la Vierge en tant et tant de lieux chez nous. Mais cette année, ce ne sera qu’un demi-pardon, sans bannières ni procession. C’est un beau jour pourtant, tellement nous sommes attirés par le visage rayonnant de cette Vierge.

    C’est un peu un mystère : elle a donné son nom à tant de fontaines, de chapelles et d’églises, jusqu’à devenir la Notre-Dame de tout lieu ou presque, et en outre elle est chantée sur tant d’airs connus, qu’il nous faut bien nous demander pourquoi. Avions-nous besoin d’avoir une mère pour nous accueillir au-delà de la mort, sur le seuil du paradis, quand nous aurions terminé notre passage sur cette terre ? C’est la douce figure de notre mère dans les premières années de notre enfance que nous chercherions alors en Marie. Mais peut-être faut-il chercher plus loin, et voir son visage rayonnant le jour où son Fils est ressuscité. Elle qui avait traversé tant de souffrances et sans doute d’angoisses avec son Fils dès le début, et qui n’avait jamais perdu confiance, elle dit à chacun de nous : «Ayez confiance ! Je sais où conduit votre histoire. Les larmes que j’ai versées lorsque mon fils est mort sont aussi les vôtres, et elles seront sèchées comme ont été sèchées les miennes au matin de Pâques.»

    Je pense que c’est à cause de cela que nos pères ont choisi Marie pour mère pour toujours. Petit ou grand, son pardon sera toujours un pardon joyeux, malgré ce damné Covid. Joyeux quinze août à chacun !

    Tad Job

  • An Niverenn Nevez (171) MINIHI LEVENEZ / Nouveau numéro (171) de la revue MINIHI LEVENEZ

    An dour hag an aoter IV

    Eur groaz a waziou-dour dindan an aoter. ...gand Job an Irien

    Buez sant Gwenole gand Goulc'han Kervella ha c'hoariet gand pirhirined "EN HENT"
     
    NN171
     

    L'EAU ET L'AUTEL (4ème partie)

    Une croix de veines d'eau sous l'autel par Job an Irien

    La vie de Saint Gwenole par Goulc'han Kervella, jouée par les pèlerins d'EN HENT.



    Koumanant bloaz (Bep eil miz),
    Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ" : 50 €

    Minihi Levenez niverenn 171 EBREL 2020

    KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :
    Evid prena / Bon de commande

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17