Billet du Père Job an Irien : Kleñved-red / Epidémie

Kleñved-red Job2019

Ne ouiem ket kén petra ’oa eur c’hleñved-red. Er c’hantved diweza, on tud koz o-doa soñja mad c’hoaz euz ar grip-spagnolad, hag he-doa rasket milionou a dud, hag ive euz ar c’holera e-noa greet e reuz en naontegved kantved. Med ar gwasa euz ar c’hleñvejou-ze, hag a lakee spont e kalon an dud pa veze ano anezañ, a oa ar vosenn. Houmañ he-doa pourmenet dre ar vro, e lec’h pe lec’h, etre 1348 ha 1598, ’lec’h ma chomas a-zav e Plougastell, goude beza kaset d’ar vered an hanter euz poblañs ar barrez. War a leverer, an aotrou a Gereraod, taget d’e dro gand ar c’hleñved spontuz, e-noa greet le da Zoue, ma vefe an diweza, da zevel eur c’halvar braz e bered Plougastell. Hag e oe an diweza : mervel a reas e miz gwengolo 1598. Ar vosenn a jomas a-zav en deiz-se e Toull-ar-Groaz, war hent an Arvor, ’lec’h ma weler hirio c’hoaz Kroaz ar Vosenn. Tud ar barrez a ’n’em unanas gand le an aotrou a Gereraod evid sevel ar groaz-se ha dreist-oll ar c’halvar braz, a oe echu e 1604, hag a zo bet adkempennet goude distrujou braz ar brezel diweza.
Eveljust e oe savet eur vojenn da gonta penaoz e oa deuet ar vosenn beteg Plougastell. E-kichenn Toull ar Groaz e oa eun vilin-avel, hag ar miliner yaouank, nevez dimezet, e-noa prometet d’e wreg mond d’ober eun dro da Vrest. War an distro, e-kichenn an treiz, o-doa kavet eur vaouez koz a c’houlenne diganto an aluzenn, rag n’he-doa gwenneg toull ebed evid paea an treizour. Paeet o-doa eviti, hag eur wech treuzet an Elorn, he-doa houmañ lavaret dezo : «Mad oc’h bet evidon, ha d’am zro e roan deoc’h eur prov : ar vuez ! Me eo ar vosenn. Ober a ran tro-Breiz hag e teuan da ober va eost e Plougastell. Prometi a ran deoc’h e chomin a-zav e toull ho tor !» Ar pez a c’hoarvezas. An heveleb istor dre vraz a vez kontet war an harzou etre Elian ha Tourc’h, er Groazig, ’lec’h ma chomas ive a-zav ar vosenn.
D’ar mare-ze ne oa louzou ebed eneb ar vosenn. Ne c’hellent nemed trei o daoulagad war-zu Doue ha pedi kaloneg an daou zant brudet evid o diwall diouz ar c’hleñved, sant Rok ha sant Sebastian, hag e pep iliz koulz lavared e vezo kavet eun delwenn euz hini pe hini. Eur c’hiz koulskoude a ’n em stalias e parrez pe barrez : an dour o veza gwelet ’giz enebour ar vosenn, lod euz an dud, goude beza bet en eun interamant, a gemeras ar pleg da walhi o daouarn gand dour glan. Eun dra hag a anavezom c’hoaz. (Da veza kendalhet).

Epidémie

Nous ne savions plus ce qu’était une épidémie. Au siècle dernier, nos anciens se souvenaient bien encore de la grippe espagnole qui avait éliminé des millions de gens, et aussi du choléra qui avait fait ses ravages au XIXème siècle. Mais la pire de ces maladies, qui semait l’épouvante dans le coeur des gens dès que l’on en parlait, c’était la peste. Celle-ci avait parcouru le pays, d’un lieu à l’autre, entre 1348 et 1598, où elle s’arrêta à Plougastel, après avoir conduit au cimetière la moitié de la population de la paroisse. Selon les dires, le sieur de Kérérault, atteint à son tour par la terrible maladie, avait fait voeu à Dieu, s’il était le dernier, d’élever un grand calvaire dans le cimetière de Plougastel. Et il fut le dernier : il mourut en septembre 1598. La peste s’arrêta ce jour-là à Toull-ar-Groaz, sur la route de l’Armorique, là où se voit aujourd’hui encore la Croix de Peste. Les paroissiens s’unirent au voeu du sieur de Kérérault pour éléver cette croix et surtout le grand calvaire, qui fut terminé en 1604, et qui a été restauré après les destructions de la dernière guerre.
Une légende bien sûr germa pour raconter comment la peste était parvenue à Plougastel. Auprès de Toull-ar-groaz, il y avait un moulin à vent, et le jeune meunier, nouvellement marié, avait promis à sa femme d’aller faire un tour à Brest. Au retour, auprès du passage, ils avaient rencontré une vieille femme qui leur demandait l’aumône, car elle n’avait pas le moindre sou percé pour payer le passeur. Ils payèrent pour elle, et une fois l’Elorn traversé, elle leur dit : «Vous avez été bons pour moi, et à mon tour je vous fais un cadeau: la vie. Je suis la peste. Je fais le tour de la Bretagne et je viens faire ma moisson à Plougastel. Je vous promets que je m’arrêterai au pas de votre porte !» Ce qui advint. La même histoire en gros se raconte aux limites d’Elliant et de Tourc’h, au Croisic, où s’arrêta aussi la peste.
A l’époque, il n’y avait aucun remède contre la peste. Les gens ne pouvaient que tourner leurs regards vers Dieu, et prier intensément les deux saints renommés pour les protéger de la maladie, saint Roch et saint Sébastien, et dans pratiquement toutes les églises on trouvera une statue de l’un ou de l’autre. Une coutume cependant va s’établir dans certaines paroisses : l’eau étant vue comme ennemie de la peste, certains, au retour d’un enterrement, prirent l’habitude de se laver les mains à l’eau pure. C’est quelque chose que nous connaissons encore. (à suivre)
 
Tad Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Hanter-Eost / Quinze août

    Hanter-Eost Rumengol

    Azeza ha chom trankil ! Ehana da zoñjal er pez a vefe c’hoaz da ober. Chom a-zav da vad eur frapadig d’an nebeuta ha selaou. Sioul eo ar zaout er park e kichenn, peuri a reont. An avel a hej gouestadig deliou ar gwez el liorz, med ne welan labous ebed : morgousket int moarvad gand an dommder. Ar c’houmoul a zeu hag a ya heb lavared da belec’h ez eont. Kuzad ha dispaka an heol a reont, beb eil, heb goulenn on ali. Er pellder, linenn diskompez ar Menez-Are euz Sant-Mikael beteg ar Menez-Hom a gloz an daolenn. Trouz all ebed nemed an avelig flour a gan en deliou. Gwir eo : Hanter-Eost eo, gouel braz ar Werhez e kement ha kement a lehiou en or bro. Med er bloaz-mañ n’eo nemed eun hanter-pardon, heb bannielou na prosesion. Eun deiz kaer eo koulskoude ken dedennet ma ’z-om gand dremm lugernuz ar Werhez-se.

    Eur seurt mister eo : roet on-eus he ano da gement a feunteuniou, a japeliou hag a ilizou beteg dond da veza Itron-Varia a beb lec’h pe dost, hag ouspenn beza kanet war toniou anavezet, ma rankom en em c’houlenn perag. Hag ezomm on-noa da gaoud eur vamm d’on digemer en tu all d’ar maro, war dreuzou ar baradoz, pa vefe echu ganeom on treuz war an tamm douar-mañ ? Skeudenn douster or mamm e bloaveziou kenta or bugaleaj eo a glaskom neuze e Mari. Med marteze eo red klask pelloc’h, ha gweled he dremm lugernuz d’an deiz m’eo savet he Mab da veo. Hi, hag he-doa treuzet kement a boaniou hag a anken moarvad gand he Mab azaleg ar penn-kenta, ha n’he-doa morse kollet fiziañs, hi a lavar da bep hini ahanom ar memez tra : «bezit fiziañs ! Gouzoud a ran da belec’h e kas hoc’h istor. An daelou am-eus skuillet p’eo marvet va mab a zo ive ho re deoc’h c’hwi, hag e vezint sehet ’vel m’eo bet sehet va re da vintin Pask.»

    Me gav din eo ablamour da ze o-deus on tadou dibabet Mari da vamm evid atao, ha bian pe braz, he fardon a vezo atao eur pardon laouen, daoust d’ar c’hovid daonet-se. Hanter-Eost laouen d’an oll !


    Quinze août

    S’asseoir et rester tranquille ! Arrêter de penser à ce qui serait encore à faire. S’arrêter réellement un moment au moins, et écouter. Les vaches sont calmes dans le champ à côté, elles broutent. Le vent agite doucement les feuilles des arbres dans le jardin, mais je ne vois aucun oiseau : ils sont probablement assoupis par la chaleur. Les nuages vont et viennent sans dire où ils vont. Ils cachent et révèlent le soleil, tour à tour, sans demander notre avis. Au loin, la ligne irrégulière des Monts d’Arrée de Saint-Michel au Ménez-Hom complète le tableau. Pas d’autre bruit que celui du vent léger qui chante dans les feuilles. C’est vrai : c’est le quinze août, la fête de la Vierge en tant et tant de lieux chez nous. Mais cette année, ce ne sera qu’un demi-pardon, sans bannières ni procession. C’est un beau jour pourtant, tellement nous sommes attirés par le visage rayonnant de cette Vierge.

    C’est un peu un mystère : elle a donné son nom à tant de fontaines, de chapelles et d’églises, jusqu’à devenir la Notre-Dame de tout lieu ou presque, et en outre elle est chantée sur tant d’airs connus, qu’il nous faut bien nous demander pourquoi. Avions-nous besoin d’avoir une mère pour nous accueillir au-delà de la mort, sur le seuil du paradis, quand nous aurions terminé notre passage sur cette terre ? C’est la douce figure de notre mère dans les premières années de notre enfance que nous chercherions alors en Marie. Mais peut-être faut-il chercher plus loin, et voir son visage rayonnant le jour où son Fils est ressuscité. Elle qui avait traversé tant de souffrances et sans doute d’angoisses avec son Fils dès le début, et qui n’avait jamais perdu confiance, elle dit à chacun de nous : «Ayez confiance ! Je sais où conduit votre histoire. Les larmes que j’ai versées lorsque mon fils est mort sont aussi les vôtres, et elles seront sèchées comme ont été sèchées les miennes au matin de Pâques.»

    Je pense que c’est à cause de cela que nos pères ont choisi Marie pour mère pour toujours. Petit ou grand, son pardon sera toujours un pardon joyeux, malgré ce damné Covid. Joyeux quinze août à chacun !

    Tad Job

  • An Niverenn Nevez (171) MINIHI LEVENEZ / Nouveau numéro (171) de la revue MINIHI LEVENEZ

    An dour hag an aoter IV

    Eur groaz a waziou-dour dindan an aoter. ...gand Job an Irien

    Buez sant Gwenole gand Goulc'han Kervella ha c'hoariet gand pirhirined "EN HENT"
     
    NN171
     

    L'EAU ET L'AUTEL (4ème partie)

    Une croix de veines d'eau sous l'autel par Job an Irien

    La vie de Saint Gwenole par Goulc'han Kervella, jouée par les pèlerins d'EN HENT.



    Koumanant bloaz (Bep eil miz),
    Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ" : 50 €

    Minihi Levenez niverenn 171 EBREL 2020

    KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :
    Evid prena / Bon de commande

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17