17 avril 2019 – Messe Chrismale –Cathédrale Saint-Corentin – Quimper (29) Is 61, 1-3, 6, 8-9 ; PS 88.Ap. 1, 5-8 ; Lc 4, 16-21

Chers Frères et Sœurs,

L’incendie de Notre Dame de Paris a provoqué une grande émotion et un bel élan de solidarité s’élève de par le monde pour la reconstruire. Cela nous réconforte de voir que beaucoup de gens pleurent aussi sur une église en flamme ! Certains ont fait un parallèle avec les épreuves que nous vivons au sein même de notre Église depuis plusieurs mois. Les révélations bien tristes qui nous blessent et peuvent nous faire perdre l’espérance.
Il est vrai que nous pouvions penser à cela en regardant la flèche de Notre Dame s’effondrer. L’incendie est bien là aussi, dans l’Église du Christ, il va falloir reconstruire et cela prendra des années. Mais comme l’ensemble de la structure de Notre Dame a tenu bon, notre Église aussi tiendra bon car c’est le Seigneur qui la protège et la conduit. D’ailleurs, la Croix est restée en place ainsi que la statue de la Vierge Marie. C’est un beau signe aussi !

En cette période douloureuse, la liturgie de la messe chrismale nous apporte une grande consolation. Le renouvellement des promesses de l’ordination des prêtres et des diacres et la bénédiction des huiles qui seront utilisées pour les sacrements durant l’année manifeste de façon très belle qu’au milieu de nos épreuves, Dieu continue d’agir pour nous sauver. Il le fait concrètement dans la vie des hommes par la main des ministres ordonnés pour sanctifier le peuple chrétien.
Dans quelques instants, je vais d’abord demander aux prêtres de renouveler leur promesse d’ordination. Je leur poserai notamment la question suivante : « Voulez-vous, à la suite du Christ, notre chef et notre pasteur, accomplir ce ministère avec désintéressement et charité ? » Ils attachent beaucoup d’importance à ce renouvellement annuel du don d’eux-mêmes et nous tous aussi car nous savons à quel point leur ministère est important pour que nous vivions pleinement notre vie baptismale à la suite du Christ.
Les prêtres sont blessés ces temps-ci par la suspicion et la remise en cause de leur engagement dans le célibat consacré. C’est profondément injuste. Bien sûr, il y a des crises dans la vie d’un prêtre, comme il y en a dans la vie des couples mariés, mais les prêtres trouvent beaucoup de joie en mettant généreusement leur vie au service de Dieu et de leurs frères. Ils y trouvent un bel équilibre de vie. Leur vie de prière est évidemment un soutien essentiel, ainsi que la fraternité sacerdotale.

Dans l’Évangile, Jésus lit le passage du prophète Isaïe où il est écrit : « Le Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter le Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la lumière… »

Il en fait un commentaire très bref mais qui dit beaucoup de choses : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » Jésus montre clairement qu’il est venu incarner et réaliser la cela et de fait, c’est lui qui va annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, délivrer les hommes du mal et leur ouvrir un chemin de vie.  Il est vraiment Celui qui vient nous sauver.
Jésus a confié cette mission à ses apôtres, il les a consacrés par l’onction de l’Esprit Saint pour qu’ils réalisent cette promesse en son Nom. C’est ce que font les prêtres en engageant totalement leur vie en réponse à l’appel que le Seigneur leur a adressé.
Cette mission qui se répand par ses ministres au sein de l’Église, ne vient pas de nulle part. Ni l’évêque, ni les prêtres, ni les diacres, ne se sont donnés eux-mêmes ce « pouvoir ». Ce n’est pas du « cléricalisme » comme on l’entend un peu trop ces temps-ci !
Bien sûr, le prêtre est d’abord un fidèle baptisé, confirmé. Il n’est pas supérieur aux autres, il a à se convertir et à grandir en sainteté, mais il a aussi à vivre, au nom du Christ, ce vis-à-vis avec le peuple chrétien pour l’aider à grandir en fidélité à l’Évangile. C’est pour cela qu’il a été appelé et consacré.

Il me semble important de souligner aujourd’hui la belle générosité de la grande majorité des prêtres, qui vivent leur ministère « avec désintéressement et charité ». Ils sont nombreux les fidèles qui sont dans cette cathédrale et les auditeurs qui nous écoutent en ce moment sur RCF, et qui ont été témoins de cela à un moment ou l’autre de leur vie.
Certains ont été accompagnés par un prêtre pour célébrer leur mariage et cela les a marqués. Je pense aux jeunes et aux adultes qui vont recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne dans quelques jours à Pâques. Il y a aussi les parents qui ont été heureux de faire baptiser leurs enfants. Tous les fidèles qui nourrissent leur foi par les rencontres, les formations, la vie des mouvements de jeunesse et d’adultes, un soutien précieux dans la maladie et parfois aussi les funérailles de leurs proches. D’autres encore ont reçu d’eux le pardon de leurs péchés au nom du Seigneur et leur vie en a été profondément renouvelée.

Et puis, il y a au sommet de tout cela la messe que les prêtres célèbrent chaque jour au nom du Christ, nous permettant d’être pleinement unis à Jésus qui se donne à nous. Tout cela, ils le font jusqu’à leur dernier souffle. Nous en avons eu un beau témoignage tout à l’heure en rendant hommage aux jubilaires qui fêtent cette année leurs 25, 50, 60 et même 70 ans d’ordination. Les fidèles sont très reconnaissants aux prêtres de leur avoir manifesté la grâce de Dieu à un moment ou l’autre de leur vie et certains gardent avec eux des liens d’amitié.
Cette réflexion nous aide à mieux comprendre et même à contempler la beauté du ministère de prêtre, à revenir à la source de ce ministère qui n’est vraiment pas une fonction comme une autre et nous pouvons rendre grâce à Dieu de nous donner des prêtres, et même aujourd’hui un évêque avec la nomination du père Alain GUELLEC comme Évêque auxiliaire de Montpellier !

Je vais aussi demander aux diacres de renouveler leur promesse d’ordination. À travers eux, le Seigneur nous montre qu’il est venu pour servir et non pour être servi ! Et cela, ils le vivent très concrètement dans les différents ministères qui leurs sont confiés. Rendons grâce à Dieu pour le don des diacres et prions pour que de nouvelles vocations diaconales surgissent dans notre diocèse.

Je vais enfin bénir les huiles qui serviront durant l’année pour donner le sacrement des malades, l’onction aux jeunes et aux adultes qui se préparent au baptême, marquer du Saint-Chrême les nouveaux baptisés et les confirmands. C’est bien Dieu lui-même qui agit dans les sacrements à travers ces signes qu’il accomplit par le ministère des prêtres et des diacres.

Frères et Sœurs, entrons maintenant dans les rites de cette messe chrismale. Laissons-nous toucher par la grâce de cette liturgie. AMEN

Laurent DOGNIN
Évêque de Quimper et Léon