Dimanche 26 janvier, dimanche de la Parole de Dieu

L’Église bénéficie d’un nouveau dimanche de fête.
Par le motu proprio Aperuit Illis - «Il leur ouvrit» (cf Lc 24, 45) - publié le 30 septembre 2019, en la fête de Saint Jérôme, le Pape François a institué le Dimanche de la Parole de Dieu, qui sera célébré chaque année le 3ème dimanche du Temps Ordinaire.

Pourquoi ce dimanche spécial ?
La décision de François trouve son origine lors du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde. Le Pape avait alors «demandé que l’on pense à “un dimanche entièrement consacré à la Parole de Dieu, pour comprendre l’inépuisable richesse qui provient de ce dialogue constant de Dieu avec son peuple” (Misericordia et misera, n. 7)».

Quel est l’objectif ?
Pour François, ce nouveau jour solennel permettra «par-dessus tout de faire revivre à l’Église le geste du Ressuscité qui ouvre également pour nous le trésor de sa Parole afin que nous puissions être dans le monde des annonciateurs de cette richesse inépuisable». Il s’agit donc de le prolonger, au-delà d’une simple date fixée dans le calendrier liturgique. Le Pape insiste aussi sur le fait que «la relation entre le Ressuscité, la communauté des croyants et l’Écriture Sainte est extrêmement vitale pour notre identité». Deux idées fortes qui sont développées dans la suite de ce motu proprio.

PETITES IDÉES SIMPLES ET PRATIQUES POUR VIVRE LE DIMANCHE DE LA PAROLE DE DIEU
* Mettre en relief tous ceux qui dans nos communautés chrétiennes portent le souci de partager la Parole de Dieu qui se donne à nous dans le livre des Ecritures : catéchistes, accompagnateurs du catéchuménat, membre des équipes de préparation aux sacrements, équipes liturgiques, lecteurs, psalmistes, équipes funérailles.
* Avant ou après la messe, proposer une Lectio Divina.
* Planifier et préparer une célébration de la Parole en remplacement de la messe anticipée du samedi soir ou le dimanche en fin d’après-midi.
* Valoriser la place particulière des diacres.
* Mettre en valeur l’évangéliaire ou le lectionnaire en l’apportant à l’ambon depuis un lieu de l’église. On peut prévoir au début de la liturgie de la Parole, une procession ou un passage de main en main par tous ces acteurs, du lectionnaire dominical qui sera déposé sur l’ambon. Cette procession pourra être accompagnée d’un chant sur la Parole de Dieu : « Que vive mon âme à te louer » (C 513), « Quelle est cette voix ? » (O 53-63-1), …

Dossier complet à retrouver dans Église en Finistère n°331

Télécharger les pièces jointes :