Imprimer cette page

Lourdes 2019 - Jour 4

Samedi matin, les pèlerins de Lourdes se sont retrouvés au pied du calvaire des Bretons. En procession, les centaines de Finistériens se sont rendus dans la basilique souterraine Saint-Pie X pour la célébration eucharistique bilingue. Jour de la fête de la Croix glorieuse, l’évêque a redit que « pour nous, catholiques, la croix n’est pas misérable. Elle est signe de la Résurrection ».
Dans son homélie en breton, à la lumière de la lecture du Livre des nombres et de l’évangile de Jean, le père Corentin Sanson a confié : « Si la croix est glorieuse, cela signifie que celui qui est malade, perdu, pauvre, celui qui est dans le désert sans pain ni eau, celui qui est mordu par le serpent, est déjà par la grâce de la croix du Christ dans la lumière. Aucune des souffrances que l’on porte, des détresses, aucun désespoir est hors de portée de Dieu, de Son amour, de Sa lumière. Le Salut est déjà à l’œuvre dans le plus obscur de nos vies. Le pauvre, le malade reçoit le Salut car il est toujours aimé par le Seigneur. Le Salut est à l’œuvre dans chacune de nos vies, en particulier dans chacune de nos détresses ».


Une entrée en matière parfaite pour le sacrement de l’onction des malades qui a été donné à une centaine de pèlerins du diocèse. Un geste de tendresse et d’amour du Christ qui réconforte. Rappelons que l’huile sainte est bénie chaque année par l’évêque lors de la messe chrismale à la cathédrale Saint-Corentin.
L’après-midi, tous les pèlerins ont pu recevoir le sacrement de la Réconciliation et la journée s’est terminée par la rencontre avec Mgr Dognin. Un temps d’échanges au cours duquel les Finistériens attendaient notamment les impressions de l’évêque sur l’évocation de la vie de Bernadette, à laquelle ils avaient assisté jeudi après-midi.