Lourdes 2019 - Jour 3

 Cette troisième journée a démarré dans un lieu qui a, sans nul doute, marqué encore davantage les pélerins du diocèse de Quimper et Léon : la grotte des apparitions. Là où la petite Bernadette, 160 ans plus tôt, a vu la Vierge à dix-huit reprises. Son histoire ? Les Finistériens la connaissent bien mieux depuis qu'ils ont vu l'évocation de sa vie sous forme d'un spec tacle musical.
Alors au cours de cette célébration, le recueillement était bien présent. Émus, touchés, les diocésains ont vécu ce temps à la grotte comme un véritable pélerinage sur les pas de Bernadette. « Si nous venons là, c'est que nous croyons au témoignage de Bernadette, a d'ailleurs souligné Mgr Dognin dans son mot d'ouverture. La Vérité s'est révélée ici-même. » Plus tard dans son homélie, à la lumière de l'évangile de Luc et du thème de ce pélerinage (Heureux vous les pauvres car le Royaume de Dieu est à vous), Mgr Dognin a ajouté : « en arrivant devant cette grotte, nous ne pouvons pas échapper à la question de la foi, notre foi. Très facilement, peut-être même trop facilement, nous disons que nous avons la foi. Mais quelle est donc cette foi que nous avons ? Avons-nous la foi, ou avons-nous une croyance ? Avec le temps, avec les épreuves aussi, notre foi est-elle toujours aussi vivante ? Ne s’est-elle pas transformée en conviction, en valeurs, en tradition ?
Moi, elle me hante, cette parole de Jésus : « le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Lc18 : 8) Elle est terrible cette question !
La foi, ce n’est pas seulement de croire que tout cela est vrai, que Dieu existe. La foi, c’est aussi saisir la main que Jésus nous tend, c’est accueillir vraiment son amour, nous laisser toucher profondément.
La foi n’est pas une croyance, c’est un engagement ! Car, si la foi ne change pas notre vie, cela ne sert à rien. Bernadette, elle, a été saisie par l’amour de la Vierge Marie. Elle lui a obéi, et s’est engagée à venir à la grotte, à boire à la source, à s’y laver, à faire ce que Marie lui demandait, notamment que l’on construise une chapelle, que l’on vienne en procession. Elle a tenu bon, malgré les nombreuses oppositions si violentes, si impressionnantes pour une jeune fille de 14 ans. C’est parce qu’elle s’est engagée, qu’elle a eu le courage de transmettre son message, que nous sommes là. » Plus tard, l'évêque a également parlé de cette main tendue du Christ à tous. « Comment se fait-il que certains aient la foi et d’autres pas ? Il m’est souvent arrivé de m’entendre dire ‘vous avez de la chance d’avoir la foi’. Je réponds que oui, j’ai énormément de chance et même une chance extraordinaire que d’avoir la foi ! Cela change ma vie. Ce n’est pourtant pas une loterie. La foi ne s’achète pas dans les magasins de souvenirs. Elle ne tombe pas, comme cela, sur l’un, et pas sur l’autre. Le Seigneur tend la main à tout le monde sans exception aucune. Quand des pèlerins viennent ici, la Vierge Marie les accueille tous dans son amour maternel, même ceux qui n’ont pas la foi. Encore faut-il que nous saisissions cette main tendue… »


À Lourdes, chaque pèlerin, qu'il ait la foi ou non, qu'il soit en recherche, est regardé comme une personne. Et cet accueil fraternel, Sonia l'a bien senti dès son arrivée dans le sanctuaire marial. « Je suis touchée de sentir combien nous sommes tous frères et sœurs ici. Je suis venue avec la paroisse de Morlaix et j'ai fait le chemin de croix avec un groupe de Landerneau. Pourtant, il n'a pas fait la différence. C'est beau de voir que nous sommes membres d'une Église diocésaine, et même de l'Église universelle. »
Plus tard, en méditant les mots entendus depuis le début de ce pélerinage, les Finistériens ont fait le chemin de croix de la prairie, avant de vivre avec les pélerins du monde entier la procession eucharistique. « Tout ce que nous vivons ici, à Lourdes, nous fait cheminer dans la foi. Quand je rentrerai dans le Finistère, je ne serai plus le même », confiait un pèlerin.
Ce vendredi soir, les pélerins finistériens ont vécu un autre temps fort : la procession mariale présidée par Mgr Dognin. Dans toutes les langues, les catholiques du monde entier ont redit leur engagement à se laisser touchés par l'amour du Christ.

Télécharger les pièces jointes :

Venez et voyez !

Messe chrismale 2020 : Retour en images

Mercredi 28 mai, la messe chrismale a été célébrée à la cathédrale Saint-Corentin, à Quimper. Une célébration particulière qui intervient…

Une année pour Dieu, deviens volontaire à Mission St Luc

Tu as entre 20 et 30 ans ? Tu veux donner une année au service de l'Évangile ? Deviens Missionnaire…

Décret du 22 mai : reprise des messes et lignes directrices. Communiqué de presse de la CEF

La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié ce matin, samedi 23 mai 2020, par…

La pastorale des jeunes et des vocations lance les inscriptions pour l'été

Il aura fallu attendre quelques semaines de plus, le temps que la Pastorale des jeunes et des vocations puisse étudier…

PEMP SUL 2020 au FOLGOËT La Tradition évolue !

Au mois de mai, mois de Marie, le Folgoët vit ses pemp sul, 5 dimanches du mois (6 cette année, si…

Église en Finistère N°334 en accès libre

Deuxième numéro d'Église en Finistère bouclé pendant le confinement. L'épidémie de Covid19 nous empêche d'imprimer et d'expédier la revue dans…

Actualités locales

  • Pentecôte - 31 mai 2020
    Pentecôte - 31 mai 2020 Impossible, cette année, de nous rassembler dans nos églises pour les fêtes pascales ! Nous avons pu vivre cependant une communion spirituelle en partageant la même Parole de Dieu et la même prière. Et cela sur toute la planète, dans nos paroisses, nos communautés, nos familles, entre amis et grâce à…