Accueil  -  Les homélies de Père Michel Scouarnec  -  24ème dimanche du temps ordinaire – 15 septembre 2019

24ème dimanche du temps ordinaire – 15 septembre 2019

Le mot « prodigue » est souvent perçu dans un sens négatif. La prodigalité est pourtant une qualité positive. Elle est le contraire de l’avarice. Est prodigue celui qui donne, dépense, encourage sans compter, jusqu’à l’excès. On peut donc dire que Jésus est un fils prodigue, car il se dépense sans compter pour guérir, pardonner, libérer. C’est le reproche que lui font les pharisiens et les scribes dans l’introduction du chapitre 15 en saint Luc.

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.
Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui :
« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »

Jésus leur répond en disant trois paraboles : celle de la brebis perdue, de la pièce d’argent perdue, du fils perdu. Ceux qui ont perdu leur brebis, leur monnaie, leur fils font preuve d’une tendresse ou d’un soin débordants jusqu’à l’excès : ils se dépensent sans compter pour retrouver ce qu’ils ont perdu. Mais dans la parabole du père et de ses deux fils, le plus jeune d’entre eux fait preuve d’une mauvaise prodigalité. Il a quitté la maison et a gaspillé sa part d’héritage pour lui-même, pour sa propre jouissance et sa perte. Il serait préférable d’appeler la parabole, celle du père prodigue et de ses deux fils perdus. En effet, lorsque le père retrouve le fils qu’il avait perdu, il perd en quelque sorte celui qui était resté près de lui. L’évangéliste dresse de lui un portrait de père tendre et miséricordieux, mais n’évoque guère ses sentiments intimes. Peut-être a-t-il été chagriné, irrité et tenté de punir ? Le passage du livre de l’Exode proposé ce dimanche rapporte la déception et la colère de Dieu vis-à-vis de son peuple – qu’il considère comme son fils – parce qu’il s’est « écarté de son chemin, en faisant un veau en métal fondu et en lui rendant un culte. Il s’adresse à Moïse et lui dit :

Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux
et je vais les exterminer ! Mais, de toi, je ferai une grande nation. »
Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu en disant :
« Pourquoi, Seigneur, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple,
que tu as fait sortir du pays d’Égypte par ta grande force et ta main puissante ? […]
Reviens de l’ardeur de ta colère, renonce au mal que tu veux faire à ton peuple.
Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Israël, à qui tu as juré par toi-même :
« Je multiplierai votre descendance comme les étoiles du ciel ;
je donnerai, comme je l’ai dit, tout ce pays à vos descendants,
et il sera pour toujours leur héritage.” »
Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple.

C’est une très belle prière de Moïse, semblable à celle d’Abraham. Une manière de prêter à Dieu les sentiments des humains, une manière familière et simple d’intercéder pour qu’il accueille ses fils et se souvienne de son alliance, de sa tendresse. Moïse reste solidaire de son peuple pécheur. Jésus est en quelque le nouveau Moïse, solidaire de ses frères et sœurs en humanité. C’est en lui que nous avons l’apôtre et le grand prêtre de notre foi et de notre prière comme l’a écrit l’auteur de l’épître aux Hébreux. « Il s’est rendu en tout semblable à ses frères, pour devenir un grand prêtre miséricordieux et digne de foi pour les relations avec Dieu, afin d’enlever les péchés du peuple. Il a même été jugé digne d’une plus grande gloire que Moïse. » (Hé 2 et 3)

La liturgie nous propose les trois paraboles du long chapitre 15 de saint Luc. Nous avons déjà entendu lors du Carême de cette année, celle du père et de ses deux fils. Contentons-nous de relire les deux premières.

« Si l’un de vous a cent brebis et en perd une,
ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert
pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
Quand il l’a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules,
et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ;
il leur dit : ´Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !´
Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel
pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes
qui n’ont pas besoin de conversion.
Ou encore, si une femme a dix pièces d’argent et en perd une,
ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison,
et chercher avec soin jusqu’à ce qu’elle la retrouve ?
Quand elle l’a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines
et leur dit : ´Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !´
De même, je vous le dis : Il y a de la joie chez les anges de Dieu
pour un seul pécheur qui se convertit. »

A travers ces paraboles, Jésus s’adresse aux scribes et aux pharisiens, qui défigurent l’image de Dieu. Alors qu’au nom de son Père, il est miséricordieux, il sauve et pardonne, ils pensent quant à eux que le Dieu de leur Loi et de leurs préceptes compte, mesure, limite et calcule comme une divinité pingre agrippée à sa cassette, propriétaire jalouse qui veut garder le contrôle sur ce qu’elle donne, ou alors ne graciant que ceux qui le méritent. (En empruntant un vocabulaire moderne), ils imaginent un paradis copié/collé modèle du monde terrestre, avec des ordinateurs qui ont tout mémorisé du moindre détail de la vie de chacun et même du plus secret de sa conscience ! Ce qui suppose sans doute dans le ciel un personnel d’administration innombrable, et des offres d’emploi sans limites.
Les pharisiens et les scribes qui critiquent la prodigalité, la générosité de Jésus vis-à-vis des pécheurs, se comportent comme le fils aîné qui refuse de se réjouir quand le père prodigue de son pardon lui ouvre les bras et organise un festin pour le retour de son fils perdu. Ils s’emprisonnent dans leur religion d’avares, engoncés dans la pratique minutieuse et obsessionnelle de leurs prescriptions. Il semble que leur cœur s’est pétrifié et est devenu incapable de pitié et de miséricorde. Ce faisant, ils ont trahi et mal compris le vrai visage du Dieu de la création et de l’Alliance, débordant de vie, de grâce et de miséricorde jusqu’à l’excès. Jésus est le fils prodigue d’un Père prodigue. Il dépense à l’excès sa bonté pour les pécheurs : c’est pour eux un scandale et une honte. Ce n’est pas un tel Messie qu’ils attendent. Nous savons jusqu’où conduira Jésus cet excès d’amour dont il fait preuve. Retenons bien les trois conclusions de ces paraboles.

Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit,
plus que pour 99 qui n’ont pas besoin de conversion…
Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit…
Il fallait bien festoyer et se réjouir :
car ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie, il était perdu, et il est retrouvé…

Ainsi ce qui réjouit le cœur de Dieu c’est qu’aucun de ses enfants ne se perde. Ils peuvent se perdre de deux manières, en gaspillant ce qu’ils sont et ce qu’ils ont pour leur propre jouissance et non pour le bonheur des autres, en fabriquant et adorant des « veaux d’or ». Ou alors en n’aimant et en ne pardonnant jamais que chichement, armés de balances et de règles à calcul. Dans l’un et l’autre cas, Dieu se lamente sur ses enfants perdus et n’a de cesse de les attendre, de les voir revenir et se convertir. Il guette le retour de celui qui gaspille sa vie, et supplie celui qui est enfermé dans sa raideur et ses principes, de laisser d’abord parler son cœur et de se comporter vis-à-vis de son père comme un homme libre et non un esclave. Dieu ne se réjouit pas d’abord de nous voir remplis de mérites, de science ou d’intransigeance, mais de voir que nous avons du cœur comme lui. Il ne se réjouit pas de voir nos communautés vivre comme des groupes fermés, mais au contraire de les voir ouvertes, et de voir leurs membres rejoindre les pécheurs, les paumés, les perdus. Il se réjouit du fait qu’ils leur révèlent ainsi qu’il sont l’objet privilégié de sa sollicitude. Saint Paul était pharisien. Il s’est converti, il s’est laissé toucher par le Christ. Ce qu’il dit à Timothée témoigne de l’expérience qu’il a vécue lui-même. Il a d’abord réagi comme le fils aîné de la parabole, mais il s’est converti et en est revenu.

Je suis plein de reconnaissance pour celui qui me donne la force,
Jésus Christ notre Seigneur, car il m’a fait confiance en me chargeant du ministère,
moi qui autrefois ne savais que blasphémer, persécuter, insulter.
Mais le Christ m’a pardonné : ce que je faisais, c’était par ignorance,
car je n’avais pas la foi ; mais la grâce de notre Seigneur a été encore plus forte,
avec la foi et l’amour dans le Christ Jésus.
Voici une parole sûre, et qui mérite d’être accueillie sans réserve :
le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ;
et moi le premier, je suis pécheur, mais si le Christ Jésus m’a pardonné,
c’est pour que je sois le premier en qui toute sa générosité se manifesterait ;
je devais être le premier exemple de ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle.

Finalement, Jésus à travers ses paraboles révèle aux pharisiens et aux scribes que les vrais perdus et les vrais perdants, ce sont eux. Avec leur intransigeance ils sont plus loin du cœur de Dieu que les pécheurs. Ils sont incapables de se réjouir avec Dieu quand les pécheurs se convertissent. Que chacun et chacune de nous s’en souvienne : nous sommes tous des enfants perdus, mais des enfants à qui Dieu prodigue son pardon sans limites : c’est en accueillant son pardon et en changeant nos cœurs que nous faisons sa joie, c’est en cela que nous sommes dignes de tout service et ministère dans son Eglise.

Évangile : selon saint Luc – Luc 15,1-32

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.