Accueil  -  Les homélies de Père Michel Scouarnec  -  32ème dimanche du temps ordinaire – 8 novembre 2020

32ème dimanche du temps ordinaire – 8 novembre 2020

La liturgie de ce dimanche prolonge la fête de tous les saints et la commémoration des défunts. Elle est aussi en accord avec le rythme des saisons, du moins dans l’hémisphère Nord où la nature s’apprête à hiverner. Saint Paul invite les Thessaloniciens à l’espérance et à la foi en la résurrection des morts.

Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance
au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ;
il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres, qui n’ont pas d’espérance.
Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ;
de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis,
Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son Fils. […]
Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur.
Retenez ce que je viens de dire, et réconfortez-vous les uns les autres.

Les trois dimanches qui nous séparent du temps de l’Avent nous font lire le chapitre 25 de l’Évangile selon saint Matthieu qui a été notre évangéliste tout au long de cette année liturgique. C’est lui qui, à la fin de son livre, accorde le plus de place à la fin des temps, quand viendra le jugement de Dieu. Sans doute les communautés chrétiennes de la fin du premier siècle à qui il s’adresse, sont-elles encore sous le choc du saccage de Jérusalem par les romains. Les juifs et les chrétiens, – notamment ceux issus du judaïsme – considèrent qu’ils sont en train de vivre réellement la fin de leur monde, car Jérusalem était considérée comme la cité du Dieu de l’Alliance, une ville quasi-céleste et quasi-éternelle. Pour les disciples de Jésus, une fin qu’ils considèrent peut-être aussi comme la fin du monde tout court, car son retour en gloire est imminent, pensent-ils.

Nous sommes au XXIe siècle après Jésus. Deux mille ans se sont passés. Le monde est toujours là et continue sa course. Nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa fin. Ce que nous savons c’est que notre mode terrestre n’est pas sans fin. Nul n’y est éternel et rien n’y est définitif. Les jours et les années ont une fin, les civilisations et les cultures, et même la terre puisque le soleil, nous disent les scientifiques, s’éteindra un jour. Comment envisager que c’est dans ce provisoire et cet éphémère que l’Esprit de Dieu façonne en l’humanité l’éternité de l’amour, et prépare le Royaume ? La parabole de Jésus réveille notre espérance en sa venue en gloire, mais nous invite ce dimanche, à ne jamais perdre de vue la finitude de notre condition ; elle nous invite à la sagesse, et nous met en garde contre une inconscience folle.

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole :
« Le Royaume des cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces,
qui prirent leur lampe et s’en allèrent à la rencontre de l’époux.
Cinq d’entre elles étaient insensées, et cinq étaient prévoyantes :
les insensées avaient pris leur lampe sans emporter d’huile,
tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leur lampe, de l’huile en réserve.
Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent.
Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : ‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’
Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et préparèrent leur lampe.
Les insensées demandèrent aux prévoyantes :
‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.’
Les prévoyantes leur répondirent : ‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous ;
allez plutôt vous en procurer chez les marchands.’
Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva.
Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces et l’on ferma la porte.
Plus tard, les autres jeunes filles arrivent à leur tour et disent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’
Il leur répondit : ‘Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas’.
Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

À partir des détails concrets de ce texte, en restant dans le ton de la parabole, on peut présenter en parallèle sagesse et folie, en forçant le trait de manière humoristique. Le sage sait prévoir. Il voit plus loin que son nez. Il tire des leçons de son passé. Il anticipe et envisage l’avenir avec ses risques, ses dangers, ses limites. Pour l’insensé ne compte que le temps présent. Il est sans mémoire et sans perspective. Ou bien, fataliste, il refuse de voir et de prévoir, et dit : c’est le destin, en ajoutant peut-être « si Dieu le veut ! ». Sur bien des points, nous vivons chaque jour les versions anciennes et modernes de ce fatalisme. Nous savons que nous allons dans le mur mais nous proclamons qu’on ne peut faire autrement. Les scientifiques parlent des milliards d’années de l’univers et considèrent que l’humanité va peut-être à sa perte à court terme, si elle continue d’épuiser et de détruire sa petite planète. Cependant, paradoxalement, ne compte pour certains qu’un temps présent qu’ils laissent s’accélérer, et ils ne cherchent qu’à s’enrichir alors que d’autres s’enfoncent dans la misère et la faim.

Prévision et prudence vont de pair pour le sage. Il sait bien que la nuit peut être longue et emporte avec lui une provision d’huile. Pour le fou, inutile de s’encombrer et de faire des réserves. Inutile de penser aux générations à venir. Il fait table rase du passé et se préoccupe peu de préparer à ses descendants une terre habitable. Il n’a d’autre mémoire que celle de ses ordinateurs. Il se voile face devant l’avenir en proclamant : « pas de futur ». Il prend le parti de n’être que cigale et ricane face aux fourmis. Il s’est habitué à vivre aux dépens des autres, dépendant et assisté. Il se dit que les autres auront fait des provisions et qu’il pourra en profiter. Il est même capable de les injurier s’ils ne partagent pas avec lui, et ne voit pas que lui-même ne partage jamais rien. Incapable de prendre le temps de chercher le sens de sa vie, de se prendre en main. À quoi bon attendre s’il n’y a personne à l’origine et au terme de son chemin ? À quoi bon s’approvisionner en huile et garder allumée la lampe de son espérance ?

Le sage est quelqu’un dont l’esprit et le cœur sont toujours en éveil, en attente et en patience. Quand il s’endort ce n’est que d’un œil. Veilleur, il ne veut pas se laisser surprendre par le mal qui rôde en son propre cœur et autour de lui. Il garde son cœur éveillé et savoure le temps de son attente de la personne aimée. Quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, il se tient prêt. L’insensé quant à lui s’assoupit et s’endort. Sans désir et sans souci d’aucun autre que de lui-même, son attente est vide de sens, car celui qui va venir ne compte pas pour lui. La patience n’est pas son fort et son espérance est vide.

Cette parabole nous concerne tous. Si l’on peut comparer la foi à une lumière qu’entretient l’huile d’une lampe, qui peut éclairer nos nuits, nourrir notre espérance et notre amour de Dieu, il nous faut aujourd’hui compter davantage sur nous-mêmes et faire réserve d’huile. Nous venons d’un temps où la foi de l’Église et de ses dogmes suffisait pour la plupart et les dispensait de cultiver une foi personnelle. Il n’en va plus ainsi. Si nous ne veillons sur nos provisions d’huile baptismale et ne les renouvelons par la réflexion, la prière, la méditation de la Parole de Dieu, nous risquons d’être incapables de rendre compte de notre foi personnelle et même de laisser s’éteindre la lampe de notre amour de Dieu. Nous risquons de nous assoupir et de rater le passage de Dieu et la venue du Christ. Inutile de gémir sur la perte de sens dans un monde qui devient fou, un monde où Dieu n’a aucune place, si nous ne faisons rien pour entretenir la vitalité de notre propre foi.

Dans le texte du premier Testament nous est proposée une belle méditation ce dimanche sur l’huile précieuse de la Sagesse, dont il faut faire provision et qu’il faut rechercher de manière permanente.

La Sagesse est resplendissante, elle est inaltérable.
Elle se laisse aisément contempler par ceux qui l’aiment,
elle se laisse trouver par ceux qui la cherchent.
Elle devance leurs désirs en se montrant à eux la première.
Celui qui la cherche dès l’aurore ne se fatiguera pas : il la trouvera assise à sa porte.
Ne plus penser qu’à elle prouve un parfait jugement,
et celui qui veille en son honneur sera bientôt délivré du souci.
Elle va et vient pour rechercher ceux qui sont dignes d’elle ;
au détour des sentiers, elle leur apparaît avec un visage souriant ;
chaque fois qu’ils pensent à elle, elle vient à leur rencontre.

Évangile : selon saint Matthieu – Mt 25, 1-13

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.