Accueil  -  Les homélies de Père Michel Scouarnec  -  4ème Dimanche de Carême – 14 mars 2021

4ème Dimanche de Carême – 14 mars 2021

La relation d’Alliance que Dieu désire nouer avec l’humanité depuis la Création du monde n’est ni un contrat ni un marché, comme le rappelait Jésus aux marchands du Temple. C’est une Alliance accomplie par pure grâce de sa part. Une offre et un don totalement gratuits. Dieu fait grâce à l’humanité. Il la sauve du péché et la délivre du mal. Celle-ci est donc appelée à le reconnaître comme donateur gracieux. La dette qu’elle a envers lui est celle d’une joyeuse reconnaissance et bénédiction, d’une grâce à lui rendre. Elle n’est pas à obtenir au terme de pratiques morales ou cultuelles, comme un pardon à mériter, comme une dette à payer pour être quitte et en règle vis-à-vis de Lui, comme les indulgences de son infinie bonté à « gagner ». Ce sont là des représentations plus païennes que chrétiennes.

De la part des hommes elle est un devoir de louange, mais aussi d’une action de grâce. Dans le sens d’une pratique de la gratuité du don et du pardon, d’un vivre en grâce, en justice et justesse les uns avec les autres. La terre promise par Dieu à Israël n’était pas seulement un territoire, mais avant tout un pays ou coulent le lait et le miel des béatitudes. Un pays qui a pour vocation d’être celui d’un bonheur à construire, à cultiver selon les critères qu’a rappelés Jésus. Un pays qui a nom « Évangile ». C’est ce qu’il révèle à Nicodème en saint Jean.

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde,
mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en lui échappe au Jugement ;
celui qui ne croit pas est déjà jugé,
du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde,
et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière,
parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
Celui qui fait le mal déteste la lumière :
il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ;
mais celui qui fait la vérité vient à la lumière,
pour qu’il soit manifeste que ses œuvres
ont été accomplies en union avec Dieu. 

Saint Jean fait le lien entre la grâce et la foi, comme le fera saint Paul. La foi consiste à croire que Dieu est amour et n’est que cela : un amour offert gratuitement à celui qui croit et qu’il est appelé à vivre lui-même. C’est donc la foi en cet amour qui sauve celui en qui l’intelligence de l’esprit et du cœur s’illumine lorsqu’il contemple la lumière du Christ, et se remémore jusqu’où s’est manifesté en lui l’amour du Père pour le monde des humains. Saint Jean présente le péché comme un refus de cette lumière, comme un choix des ténèbres et des œuvres mauvaises.

Né aveugle, l’homme qui fait le mal choisit de le rester. Le péché de l’homme consiste à ne pas croire que Dieu est grâce et à ne pas faire la vérité sur ses propres œuvres à partir de cette foi en Lui. C’est en la personne et les œuvres de Jésus, son Fils, que Dieu a manifesté en plénitude qu’il n’était qu’amour. C’est donc face au Christ, Lumière du monde, et à partir de la foi en lui que tout homme est invité à reconnaître ses propres œuvres comme des œuvres du mal ou des œuvres de Dieu. S’il refuse cette confrontation et ce discernement, il refuse de faire la vérité : il s’enferme dans ses ténèbres et risque aussi de s’emprisonner dans des œuvres mauvaises. Il se condamne à vivre en dehors de la logique de l’amour et de la grâce. Et surtout il se condamne à ne pas reconnaître les dons merveilleux et gracieux de Dieu qui a mis en lui la puissance et la liberté d’aimer. S’il idolâtre les œuvres de ses mains en refusant de croire en celui qui lui a donné des mains, il refuse la vérité. C’est à cette conversion du regard qu’invite saint Jean quand il écrit : « Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient reconnues comme des œuvres accomplies en union avec Dieu. » C’est par pure grâce que l’homme est aimé et sauvé et non par ses propres actes.

Saint Paul enfonce le clou, pourrait-on dire. Il est en total accord avec ce qu’écrit saint Jean, mais de façon plus radicale encore dans sa Lettre aux Éphésiens.

Frères, Dieu est riche en miséricorde ;
à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions des morts par suite de nos fautes,
il nous a fait revivre avec le Christ :
c’est bien par grâce que vous êtes sauvés.
Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui,
il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus.
Par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus,
il voulait montrer, au long des âges futurs,
la richesse infinie de sa grâce.
C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi.
Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Cela ne vient pas de vos actes, il n’y a pas à en tirer orgueil.
C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ,
pour que nos actes soient vraiment bons,
conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre.

La première lecture de ce dimanche explique en quoi a consisté le péché d’Israël qui a été la cause de son exil. Il s’agit d’une rupture de confiance en Dieu, un enfermement dans les ténèbres, comme l’explique saint Jean. Israël, installé en terre promise, en est venu à oublier tout ce que Dieu a accompli pour lui, par amour et par pure grâce, en le libérant de l’esclavage et en lui faisant don de la Loi. La description que fait le Livre des Chroniques des dérives de la vie religieuse, spirituelle et sociale en Israël avant l’exil est saisissante :

Sous le règne de Sédécias, tous les chefs des prêtres et le peuple
multipliaient les infidélités,
en imitant toutes les pratiques sacrilèges des nations païennes,
et ils profanaient le temple de Jérusalem consacré par le Seigneur.
Le Dieu de leurs pères, sans attendre et sans se lasser,
leur envoyait des messagers,
car il avait pitié de sa Demeure et de son peuple.
Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu, méprisaient ses paroles,
et se moquaient de ses prophètes ; finalement, il n’y eut plus de remède
à la colère grandissante du Seigneur contre son peuple.
Les Babyloniens brûlèrent le temple de Dieu,
abattirent les murailles de Jérusalem,
incendièrent et détruisirent ses palais, avec tous leurs objets précieux.
Nabuchodonosor déporta à Babylone
ceux qui avaient échappé au massacre ;
ils devinrent les esclaves du roi et de ses fils
jusqu’au temps de la domination des Perses. […]

Infidélités multipliées du peuple de l’Alliance et encore une fois, déception de Dieu devant l’attitude régressive de son peuple : imitation des pratiques païennes, profanation du Temple ; mépris de la Loi, moqueries et dérisions face aux prophètes messagers de Dieu. On pourrait croire que c’en est fini de l’Alliance. La terre promise devient terre d’occupation, le peuple est exilé à Babylone. Trahissant ainsi sa vocation de peuple libéré par Dieu pour vivre libre, Israël fait son malheur et se retrouve en situation d’un nouvel esclavage à Babylone. Mais la fidélité de Dieu à son égard et sa miséricorde prendront un chemin détourné, comme une ruse d’amour pour le sortir du malheur et le gracier. Dieu donnera mission à Cyrus, roi de Perse, de libérer Israël de son exil et de lui rebâtir un temple à Jérusalem. Humour de Dieu dans l’histoire de l’Alliance : les trahisons de son peuple le conduisent à l’esclavage et à l’exil, et c’est un roi païen qui le libère, lui redonne sa dignité, et même lui rebâtit un temple !

Les fruits spirituels de ce temps d’exil seront pour Israël, imprévus et importants, grâce aux prophètes : ouverture à la dimension universelle de sa mission, prise de conscience de son péché et de ses infidélités, remise en cause des manières païennes de concevoir et pratiquer le culte. Celui-ci, annoncent les prophètes, doit être avant tout intérieur à chacun, et se concrétiser dans des pratiques sociales plus que sacrificielles et mercantiles. Le prophète Isaïe proclamera : « Fais tomber les chaînes injustes, rends la liberté aux opprimés, brise tous les jougs. Partage ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. Donne de bon cœur à celui qui a faim, comble les désirs du malheureux. C’est ainsi que ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi. » (Is 58) Autant de manières vraies de rendre grâce à Dieu en vivant en grâce avec tes frères.

Evangile selon saint Jean – Jn3, 14-21

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.