Accueil  -  Les homélies de Père Michel Scouarnec  -  5ème dimanche du temps ordinaire – 7 février 2021

5ème dimanche du temps ordinaire – 7 février 2021

À mesure qu’il avance dans son récit, saint Marc présente Jésus en train de guérir les malades et de chasser les esprits mauvais. Pour bien comprendre son action de salut, il importe de la situer dans le cadre des mentalités de l’époque. La maladie, l’infirmité, la fièvre ne sont pas considérées uniquement d’un point de vue anatomique. Ce sont des réalités qui concernent toute la personne : le corps et ses organes bien sûr, mais en même temps les troubles intérieurs qui l’habitent et la perturbent. Tous ces maux peuvent exercer sur elle un pouvoir maléfique, souvent considéré dans la perspective d’un envoûtement, d’une possession. La maladie, l’infirmité, les fièvres manifestent l’emprise du mal et font que la personne malade ou infirme peut être considérée comme coupable – elle ou ses parents – de quelque faute ou péché, dangereuse pour son groupe social qui l’exclut, la condamne et la juge. Corps, esprit, vie sociale et religieuse sont étroitement concernés. Le livre de Job nous raconte ainsi l’histoire d’un juste sur lequel se sont accumulés les pires malheurs, et que ses amis veulent convaincre de sa culpabilité. S’il souffre et subit des malheurs, c’est qu’il a péché, pensent-ils. La plainte de Job dans la lecture de ce dimanche est universelle. Elle trouve bien des résonances en ceux qui en tous temps et en tous lieux n’en finissent pas de souffrir dans leur corps et dans leur esprit et qui souffrent aussi du regard que porte sur eux leur entourage.

Job prit la parole et dit : « Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée,
il fait des journées de manœuvre.
Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre,
comme le manœuvre qui attend sa paye,
depuis des mois je n’y ai gagné que du néant,
je ne compte que des nuits de souffrance.
À peine couché, je me dis : ‘Quand pourrai-je me lever ?’
Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube.
Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand,
ils s’achèvent quand il n’y a plus de fil. Souviens-toi, Seigneur :
ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. »

Après avoir libéré un homme d’un esprit mauvais alors qu’il était en prière dans la synagogue, Jésus affronte la maladie et accomplit une guérison dans une maison de famille. Nous en sommes encore au premier chapitre de l’Évangile selon saint Marc, aux premiers signes posés par Jésus, à ses premiers miracles. Alors que le premier concernait un homme, le deuxième concerne une femme. Tous deux sont habités par des esprits mauvais. Comme à l’accoutumée, le récit de Marc est d’une grande sobriété et discrétion.

En quittant la synagogue de Capharnaüm,
Jésus, accompagné de Jacques et de Jean, alla chez Simon et André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit avec de la fièvre.
Sans plus attendre, on parle à Jésus de la malade.
Jésus s’approcha d’elle, la prit par la main, et il la fit lever.
La fièvre la quitta, et elle les servait.

L’événement se passe dans un cadre familial discret. On est loin du merveilleux, du spectaculaire, tel que peuvent le cultiver les amateurs de prodiges, d’émotions fortes. On est loin des miracles où des guérisseurs usent d’incantations et de formules souvent abracadabrantes pour afficher leur pouvoir magique. Cela se passe à la maison de Simon et André, amis de Jésus, en présence aussi de Jacques et Jean. Le récit est sobre. Il ne nous est rien dit de la maladie de la belle-mère de Pierre ; rien non plus de l’épouse de celui-ci ni de leurs enfants. Les curieux en sont pour leurs frais. Il est question de fièvre. Au temps de Jésus on attribue souvent à la fièvre une origine démoniaque. On lie mal physique, mal moral et mal spirituel. Jésus accomplit en quelque sorte un « exorcisme ». Ce mot est synonyme de délivrance d’une personne dont l’esprit est tourmenté de diverses manières. Ce que Marc veut exprimer avant tout c’est que ce geste banal et fraternel que Jésus accomplit est un acte messianique, un acte de salut et de résurrection.

Trois verbes suggèrent comment Jésus s’y prend pour guérir la malade. Il s’approche d’elle, la prend par la main et il la fait « lever » (mot à mot : il la lève). Trois attitudes, trois gestes d’une grande humanité, sans parole. Quand Marc écrit que Jésus la fait lever, il emploie le même verbe que celui qu’il utilisera quand le jeune homme vêtu de blanc annoncera aux femmes près du tombeau, que Jésus est « ressuscité ». Il reprend aussi le verbe utilisé par Job en sa plainte : « À peine couché, je me dis : quand pourrai-je me relever ? » Etre levé, être réveillé, être ressuscité, trois manières d’exprimer l’action de salut accomplie par Jésus dont le nom signifie « Dieu sauve ». « La fièvre la quitta et elle les servait. » Guérison et service vont de pair dans le récit. Marc emploie le verbe grec diakonein, au sens de servir à table, alors qu’au temps de Jésus (comme l’indique l’exégète Charles Perrot) cela était inhabituel, le rôle des femmes se limitant à ce qui se passait aux cuisines. Cette femme est guérie dans son corps mais aussi dans sa dignité de femme. Elle sera la première « diaconesse » !

La simplicité du récit de Marc indique comment nous comporter les uns vis à vis des autres lorsque survient une maladie. Jésus s’approche d’elle, écrit Marc, faisons comme lui. La maladie apporte souvent de l’isolement, aujourd’hui surtout lorsque surviennent les confinements. Dans une culture qui valorise sans cesse l’efficacité, la beauté, la santé et la bonne forme physique, tant pis pour les malades, les handicapés ; on les éloigne ou bien l’on s’éloigne d’eux. Et puis il y a le prétexte des murs de la vie privée. On n’ose plus frapper aux portes, par peur soi-disant de déranger. Une visite, pour tenir la main d’une personne malade, une conversation au téléphone, pour l’écouter et la réconforter, voilà pourtant qui peut la délivrer et la remettre debout.

Retenons aussi le lien entre la guérison de cette femme et le fait qu’elle se met à servir. L’expérience de la maladie est vécue de manière négative. Mais elle peut aussi nous rendre plus humains et plus proches des autres. Plus disposés à les écouter et à les servir lorsqu’ils sont dans l’épreuve. Plus aptes aussi à redonner de l’importance dans nos préoccupations et nos emplois du temps à la compassion et à l’amitié.

Après ce récit de guérison, nous voyons s’élargir le rayon d’action de Jésus.

Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous les malades,
et ceux qui étaient possédés par des esprits mauvais.
La ville entière se pressait à la porte. Il guérit toutes sortes de malades,
il chassa beaucoup d’esprits mauvais et il les empêchait de parler,
parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, bien avant l’aube, Jésus se leva.
Il sortit et alla dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ses compagnons se mirent à sa recherche.
Quand ils l’ont trouvé, ils lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Mais Jésus leur répond : « Partons ailleurs, dans les villages voisins,
afin que là aussi je proclame la Bonne Nouvelle ;
car c’est pour cela que je suis sorti. »
Il parcourut donc toute la Galilée,
proclamant la Bonne Nouvelle dans leurs synagogues,
et chassant les esprits mauvais.

Les nouvelles vont vite et tant mieux quand elles sont bonnes ! Après l’espace religieux de la synagogue, l’espace privé de la maison de Pierre, l’espace où Jésus doit accomplir sa mission, c’est toute la ville qui se presse à la porte. Puis ce sera toute la Galilée, et tous les « ailleurs » du monde, en attente de l’Évangile. Retenons les trois aspects de la libération accomplie par Jésus. D’abord, il proclame la Bonne Nouvelle : paix, bonheur, vie et santé aux hommes de la part de Dieu. Ensuite, au lieu de l’obsession de respect des normes, il privilégie l’ouverture des cœurs. Il guérit les maladies du corps et de l’esprit, pour que les gens se lèvent, marchent, se fassent serviteurs.

Saint Paul, lui aussi, a été guéri de son fanatisme par Jésus. Il fait part aux Corinthiens de l’enthousiasme qui l’anime depuis sa conversion et le pousse à poursuivre l’œuvre de libération accomplie par le Christ. Il nous rappelle les attitudes préalables à toute évangélisation : le détachement, l’humilité, le partage et le service.

Frères, si j’annonce l’Évangile, je n’ai pas à en tirer orgueil,
c’est une nécessité qui s’impose à moi ; malheur à moi
si je n’annonçais pas l’Évangile ! […]
Libre à l’égard de tous, je me suis fait le serviteur de tous
afin d’en gagner le plus grand nombre possible.
J’ai partagé la faiblesse des plus faibles pour gagner aussi les faibles.
Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns.
Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour bénéficier, moi aussi, du salut.

Evangile selon saint Marc Mc 1, 29-39

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.