Accueil  -  Les homélies de Père Michel Scouarnec  -  Fête du saint sacrement, du Corps et du Sang du Christ – 3 juin 2018

Fête du saint sacrement, du Corps et du Sang du Christ – 3 juin 2018

Depuis des siècles dans l’Église romaine, on ne communie qu’au pain eucharistique, « le pain de la nécessité », et l’on ne boit plus à la coupe du « vin de la fête », comme le disent nos frères orthodoxes. Dans les catéchismes romains, on ne parlait guère que de la présence du Christ dans l’hostie qui n’était plus après la consécration qu’une apparence de pain (le mot latin « hostia » signifie victime sacrifiée). Sa présence dans le vin devenu du sang était passée sous silence et le demeure encore dans la pratique liturgique comme l’écrit le liturgiste Paul Declerck : « Recommandée discrètement par la Constitution conciliaire, la communion à la coupe n’a guère provoqué l’adhésion enthousiaste du peuple chrétien, laïcs et prêtres confondus. On présente comme arguments des difficultés pratiques, qui sont réelles ; mais elles cachent souvent le soupçon de son caractère secondaire, voire inutile ; à quoi bon se compliquer ainsi la tâche, alors qu’on a tout reçu « sous une seule espèce » ? Infidélité à la demande de Jésus, répétée à chaque messe, conclue-t-il ! », Dans l’adoration eucharistique, l’ostensoir et l’hostie sont seuls concernés aussi ; l’absence de la coupe et du vin mutile en quelque sorte le sens du sacrement. Les textes de la fête de l’Eucharistie sont intéressants cette année, parce qu’ils parlent constamment du sang. Cela peut choquer nos oreilles délicates. Laissons-les s’ouvrir à une réflexion fructueuse, car ne sommes-nous pas tous des êtres de chair et de sang ?

Dans la plupart des religions, le sang symbolise le flux vital qui nourrit et anime le corps de l’homme. Verser le sang d’un innocent est un acte criminel. Perdre son sang c’est risquer de perdre sa vie. En revanche, donner son sang c’est aussi donner sa vie, et les hommes de la modernité pratiquent cette invention merveilleuse du don du sang pour sauver des vies. Sont exaltés dans la mémoire des peuples, ceux qui versent leur propre sang pour une juste cause ou pour sauver les autres. C’est dire le caractère à la fois familier et sacré et surtout universel de cette réalité du sang dans toutes les cultures, et c’est dire aussi le caractère universel de l’Eucharistie. Pourquoi alors ce désintérêt pour le sang dans notre langage de croyant, quand nous parlons de l’Eucharistie, et ces réticences devant la communion à la coupe du sang du Christ, qui nous communique sa propre vie humaine et divine ? Le pain eucharistique est un « pain rompu » et partagé et le sang est un sang versé qui symbolise le sacrifice du Christ et l’Alliance nouvelle.

Saint Marc place la Cène dans le cadre de la célébration de la Pâque juive qui commémore la libération d’Égypte et le don de la Loi. Célébration en deux temps, comme dans nos eucharisties. D’abord une liturgie de la Parole, puis un mémorial du sacrifice

Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles du Seigneur
et toutes ses ordonnances. Tout le peuple répondit d’une seule voix :
« Toutes ces paroles que le Seigneur a dites, nous les mettrons en pratique. »
Moïse écrivit toutes les paroles du Seigneur.
Il se leva de bon matin et il bâtit un autel au pied de la montagne,
et il dressa douze pierres pour les douze tribus d’Israël.
Puis il chargea quelques jeunes garçons parmi les fils d’Israël
d’offrir des holocaustes, et d’immoler au Seigneur des taureaux en sacrifice de paix.
Moïse prit la moitié du sang et le mit dans des coupes ;
puis il aspergea l’autel avec le reste du sang.
Il prit le livre de l’Alliance et en fit la lecture au peuple.
elui-ci répondit : « Tout ce que le Seigneur a dit,
nous le mettrons en pratique, nous y obéirons. »
Moïse prit le sang, en aspergea le peuple, et dit :« Voici le sang de l’Alliance que, sur la base de toutes ces paroles,
le Seigneur a conclue avec vous. »

Dans le premier Testament, ce sacrifice n’avait rien d’un meurtre cruel comme c’était le cas dans le contexte culturel et religieux de l’époque. C’était une offrande sacrée à Dieu en remerciement du don de la Loi, un sacrifice de paix et d’alliance. Une alliance scellée dans le sang d’un animal. Le sang était symbole de vie et aussi de communauté de vie et de destin. Dans des rites religieux anciens, il arrivait que les partenaires d’une alliance fassent couler un peu de leur propre sang dans la coupe commune à laquelle ils buvaient ensuite pour sceller leur union. Plus tard, le vin servira de substitut au sang. Dans le récit de l’Exode, le rite de l’aspersion du sang signifie l’Alliance que Dieu scelle avec son peuple. Il est accompagné de la lecture de la Loi puis de la réponse du peuple. Il s’agit d’un engagement réciproque entre eux, à garder en mémoire et à respecter.

Dans le récit de la Cène, saint Marc parle davantage de la coupe du sang versé que du pain rompu.

Pendant le repas, Jésus, ayant pris du pain et prononcé la bénédiction,
le rompit, le leur donna, et dit : « Prenez, ceci est mon corps. »
Puis, ayant pris une coupe et ayant rendu grâce, il la leur donna, et ils en burent tous.
Et il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude.
Amen, je vous le dis : je ne boirai plus du fruit de la vigne,
jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. »
Après avoir chanté les psaumes, ils partirent pour le mont des Oliviers.

Dans le repas pascal de Jésus, il ne s’agit plus du sang d’un animal, mais de son sang qui va être versé en mourant sur la Croix. Au lieu du geste d’aspersion, le geste qui scelle l’alliance nouvelle consiste à boire à la même coupe que Jésus. Une coupe qui contient le fruit de la vigne, symbole de son sang versé pour le salut de la multitude. Il s’agit d’un geste de communion de destin et de vie spirituelle entre Jésus et ses disciples, entre Dieu et l’humanité en la personne de son Fils. Jésus déclare que ce vin est son sang. Il boit pour la dernière fois le fruit de la vigne avec ses disciples en ce monde, et annonce qu’il boira le vin nouveau de la résurrection dans le Royaume à venir.

Quand Jésus parle de l’offrande de son sang, on peut le comprendre de manière négative et de manière positive. Négative d’abord, car s’agit de sa mort violente et sanglante qui sera le meurtre d’une victime innocente. « Il vaut mieux qu’un seul meure pour tout le peuple », avait dit Caïphe au moment de le condamner. » Cette déclaration trahit le sens de la Loi de Dieu. Caïphe et ses amis pensent que faire mourir Jésus c’est rendre un culte à Dieu, sauver l’honneur de Dieu (Jn 15, 26 à 16,4). Il oublie que la Loi et les prophètes ont proclamé que Dieu a en horreur les sacrifices humains : « Tu n’assassineras pas » est un des grands interdits fondateurs dans la Loi de Moïse. Dieu avait déjà réprouvé le meurtre d’Abel par Caïn, puis déclaré à Noé : « Je demanderai compte du sang de chacun de vous. Qui verse le sang de l’homme, par l’homme aura son sang versé. Car à l’image de Dieu l’homme a été fait. » (Gn 9, 5-6) Plus tard encore, il déclarera par la bouche de Jérémie : Quant à des sacrifices humains, « cela je ne l’ai jamais demandé, je n’en ai jamais eu l’idée. » (Jr 7, 31) Quand il parle de son sang, Jésus a bien conscience d’être une victime innocente. Sa mort est un assassinat déguisé en sacrifice, pour cause de prétendu blasphème et de désordre religieux.

Mais à la lumière du récit évangélique. Jésus inverse le sens de sa mort et en fait un acte positif. On pense l’assassiner, l’éliminer mais c’est lui-même qui choisit librement de mourir pour la multitude. On pense lui prendre sa vie, la lui ôter avec des cris de rage et de haine, pensant ainsi rendre gloire à Dieu, alors que c’est lui qui en fait don, librement, en bénissant son Père, pour que cessent chez ses frères humains toutes violences sacrificielles et assassinats d’innocents, pour que jamais plus un seul soit tué pour tous. Il se rend solidaire de toutes les victimes de la haine. Il refuse de se poser en rival des pouvoirs politiques ou religieux qui jouent leur survie en versant le sang d’autrui. L’acte de Jésus versant librement son sang nous invite à considérer la célébration de l’Eucharistie comme un engagement à résister comme lui, en mémoire de lui, à toute violence sacrificielle.

Dans cette perspective, l’eucharistie se révèle comme un acte prophétique novateur de la part de Jésus, politique pourrait-on dire. Il remet en cause toutes les violences meurtrières de ceux qui font couler le sang des autres, des victimes de leurs haines et de leurs injustices, pour asseoir leur domination, pour faire prévaloir leur vision d’un ordre social ou religieux, pour préserver leurs privilèges, pour conserver leurs richesses. L’Eucharistie ouvre la perspective de ce qu’est le bonheur selon le cœur de Dieu, le bonheur de donner sa vie, et lorsqu’on communie à la coupe du Christ, accepter de verser son sang comme lui pour la multitude. En conclusion de notre réflexion, nous pouvons écouter d’une manière neuve des extraits de ce que dit l’auteur de la lettre aux Hébreux, ce dimanche :

Le Christ est venu, grand prêtre des biens à venir.
[…] il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant,
non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux, mais son propre sang.
De cette manière, il a obtenu une libération définitive.
[…] le Christ, poussé par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu
comme une victime sans défaut ;
son sang purifiera donc notre conscience des actes qui mènent à la mort,
pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant.
Voilà pourquoi il est le médiateur d’une alliance nouvelle, d’un testament nouveau :
[…] ceux qui sont appelés peuvent recevoir l’héritage éternel jadis promis.

Évangile : selon saint Marc – Mc 14, 12-16; 22-26

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.