Accueil  -  L'actualité du Diocèse  -  La pastorale de la santé lance un appel au bénévolat dans les EPHAD et les hôpitaux

La pastorale de la santé lance un appel au bénévolat dans les EPHAD et les hôpitaux

Le service de la pastorale de la santé de notre diocèse attire l’attention sur les personnes âgées en EPHAD, durement fragilisées par la crise du COVID-19. Et lance un appel au bénévolat pour venir leur rendre visite.
Rejoindre nos aînés

Le père Jean-Michel Onfray vient de terminer sa mission comme directeur adjoint du service national Famille & Société de la Conférence des Evêques de France, notamment en charge des questions de santé. Durant le premier confinement, dans une interview pour le site eglisecatholique.fr, il explique pourquoi il est important que nous prenions le temps de visiter des personnes âgées.

« Le confinement que nous vivons à cause du COVID-19, c’est le confinement psychologique que vivent un grand nombre de personnes très âgées et dépendantes ainsi que beaucoup de personnes handicapées et prisonnières. Si on peut changer nos comportements et redonner une place centrale aux plus fragiles, on aura fait un très gros effort évangélique et un très gros effort sociétal. L’Eglise devrait rappeler à tout adulte qu’il faudrait passer au moins une heure par semaine avec une personne très âgée (85 à 100 ans). On ne peut pas vivre sans cette exigence intergénérationnelle qui est nouvelle car liée à l’allongement de la durée de vie. Nous devons être inventifs pour nouer des liens avec la « quatrième génération », celle des plus anciens. »

Comment devenir bénévole en EPHAD ou à l’hôpital ?

Si vous souhaitez visiter des personnes malades et/ou âgées, vous pouvez vous rapprocher du service de la pastorale de la santé. A travers plusieurs propositions (Service Evangélique des Malades, visites avec les aumôneries d’hôpitaux ou des EPHAD…), la Pastorale de la Santé pourra vous renseigner sur les besoins près de chez vous.
Le témoignage d’une bénévole d’une aumônerie hospitalière vous donnera, nous l’espérons, le désir de rejoindre une équipe près de chez vous.

Témoignage

« Comment peut-on être bénévole dans une Maison de Retraite ?» C’est la question que je devais aussi me poser sans doute à une époque. Et quand on me pose cette question actuellement, si je ne réponds pas que c’est pour m’habituer, pour quand j’y entrerai moi-même, je dis que je vais y faire le « pousse-pousse ». Comprenez que je conduis des résidents en fauteuil roulant à la messe qui est célébrée à l’EHPAD chaque jeudi matin.
C’est grâce à ma maman, qui a été pensionnaire dans cet EHPAD que je me suis familiarisée avec ce monde, au point de m’y sentir à l’aise. Quand j’ai été libérée de mes obligations professionnelles, je suis entrée dans l’équipe de l’aumônerie, et j’y suis restée après le décès de ma mère. Et j’y suis toujours.
L’équipe de l’aumônerie de l’EHPAD compte une vingtaine de bénévoles, même si quelques-uns, pour diverses raisons, ont préféré se retirer depuis le début de la crise sanitaire. Nous avons eu des parcours variés, nous avons des tempéraments différents, mais nous partageons un même désir de vivre l’Evangile en nous mettant au service des autres. Tous les jeudis, vers 9h, nous nous retrouvons autour de notre aumônière.
Nous commençons par un temps de prière entre nous, préparé par l’aumônière avec, notamment, la lecture de l’évangile du jour. Puis nous nous répartissons dans les services, à la rencontre des résidents qui souhaitent assister à la messe. Cette messe est la messe anticipée du dimanche. Pour certains résidents elle représente un lien avec ce qu’ils vivaient antérieurement. Certains aussi redécouvrent une pratique qu’ils avaient abandonnée par faute de temps, ou parce qu’il y a tant d’autres choses à faire… Dans les services nous prenons des nouvelles de chacun de nos habitués, nous nous assurons qu’il n’y a pas de problème de santé particulier, ni de RDV médical prévu dans la matinée. Nous nous efforçons d’intervenir avec discrétion auprès d’eux, et auprès des soignants, en respectant le programme prévu, et les consignes, surtout bien sûr en cette période. Nous proposons un service, nous encourageons au besoin, mais il est hors de question d’imposer quoi que ce soit.
Sur l’ensemble de l’EHPAD, une petite centaine de résidents assistent chaque jeudi à la messe. Les couloirs s’animent donc du ballet des fauteuils roulants, du cliquetis des cannes ou des déambulateurs, de rires et de bonjours joyeusement échangés. Nous avons aussi des personnes tout à fait valides, mais qui ont peut-être besoin de notre présence pour ne pas se perdre dans le labyrinthe des couloirs.
C’est la grande salle polyvalente qui nous tient lieu de chapelle, et, pendant la messe, les 2 portes restent largement ouvertes, laissant les chants résonner dans les couloirs avoisinants. Les prêtres de la paroisse viennent à tour de rôle célébrer la messe, les bénévoles se chargent de l’animation, des lectures, de l’aide au service de la communion ; une fois par mois nous avons même droit à un accompagnement musical. Une fois la messe terminée, il nous reste à raccompagner tout notre monde dans les différents services. Pas question de traîner, le repas de midi ne tardera pas à être servi.
Je pense que ces résidents sont heureux de quitter leur service le temps d’une messe, et sont sensibles au fait que des bénévoles leur consacrent un peu de leur temps. Nous essayons d’accomplir notre mission de la manière la plus humaine possible, en nous souciant de leur confort, en multipliant les petites attentions, en échangeant quelques paroles, en les réconfortant, en acceptant, parfois, leur mal-être. Un sourire (avec les yeux), une caresse peut-être, nous essayons de nous comporter avec chacun d’eux comme nous le ferions avec un parent. Quel que soit son âge, quels que soient son état de santé, sa dégradation physique ou psychique, une personne âgée demeure infiniment digne. En comprenant qu’elle compte pour nous, elle prend peut-être davantage conscience que sa vie a du prix.
Pour ma part je consacre à l’aumônerie de l’EHPAD une matinée par semaine. Mais certains bénévoles en font bien plus. En effet, en plus de la messe, des temps de prière hebdomadaires sont aussi proposés aux résidents durant le Carême, le mois de Marie, le mois du Rosaire, l’Avent. Et là encore il faut des bras pour pousser les fauteuils, ou pour accompagner et guider.
Je ne peux pas ne pas évoquer le rôle primordial de notre aumônière, qui dispense une écoute attentive et bienveillante à tous ceux qui lui ouvrent leur porte, qui organise les temps de prière, qui est en liaison avec les prêtres ; c’est à elle, je pense, que nous devons la qualité des relations entre les membres de l’équipe. Durant les périodes de confinement, où la messe bien évidemment n’était pas célébrée, l’aumônière distribuait chaque jeudi aux résidents les textes de la messe du dimanche, accompagnés de prières adaptées. Et elle nous les communiquait à nous aussi par mail, afin que nous puissions être tous en communion par la pensée et la prière.
Voilà quelques années que j’interviens chaque jeudi à l’EHPAD. Je donne un peu de mon temps, un peu de mon énergie aussi, mais en retour je reçois tant… En pensant à ce que j’y ai vécu, dans l’humilité, mais dans la joie, je crois pouvoir affirmer que, vraiment, on peut vivre l’Evangile …en faisant le pousse-pousse.

Une bénévole

Myriam Blanc est aumônier au centre hospitalier « Ferdinad Grall » de Landerneau

Chaque jour, elle visite les malades, les personnes âgées, et les accompagne jusqu’au bout pour leur apporter un peu de réconfort et d’espoir. Dans cette interview, elle témoigne de la mission près des plus fragiles.

Myriam Blanc: « l’aumônier, c’est un peu des oreilles qui sont là, une présence, une porte ouverte en permanence » – 10.02.2022

Interview de Myriam Blanc sur RCF. Une émission présenté par Julie Rolland à retrouver ici

Depuis 6 ans, elle est aumônier au sein de l’hôpital et de l’Ehpad de Landerneau. Sa mission, sa place auprès des malades, les raisons de son engagement, elle nous confie son regard sur ce rôle d’aumônier.

Pour plus d’information, vous pouvez contacter le service diocésain de la Pastorale de la santé :
Claude Rault , délégué diocésain, pastoralesante29@gmail.com/07.82.67.71.56
William Roch, responsable diocésain du service évangélique des malades, william.roch29@gmail.com/06.72.78.34.45
Martine Sadonès, responsable diocésaine des aumôneries hospitalières. Aumoneriehopsitaliere29gmail.com/06.01.71.02.30