Accueil  -  L'actualité du Diocèse  -  Pardon de la Saint-Corentin 1881

Pardon de la Saint-Corentin 1881

Décembre 1881, les cloches sonnent à Quimper pour la saint Corentin. Un peu trop tôt pour certains Quimpérois. Cela donne lieu à un échange savoureux entre le préfet du Finistère et l’évêque de Quimper où s’opposent l’esprit de laïcité porté par les Républicains au pouvoir depuis 1879 et les traditions de « temps immémorial ».

Quimper, le 20 décembre 1881
Monseigneur,
J’ai déjà eu l’honneur à l’occasion d’une mission prêchée à Douarnenez de vous entretenir des réclamations que provoque dans les villes la sonnerie trop matinale des cloches.
L’administration supérieure considère que le droit et l’usage sont d’accord sur le point que la sonnerie des cloches ne doit être libre en ce qui concerne les besoins du culte que « dans l’intervalle de 12 heures environ qui sépare les sonneries habituelles dites de l’angélus du matin et du soir ».
Ces règles sont de toute équité ; elles ont été adoptées en vue d’assurer le repos des habitants sans gêner l’exercice du culte.
Cependant depuis deux jours à Quimper les plus grosses cloches sont mises en branle et lancées à toute volée entre 4 ½ et 5 moins ¼ du matin, ce qui en cette saison veut dire 2h ½ à 3 heures avant le jour.
Je vous serais extrêmement obligé de vouloir bien me dire si c’est là un fait d’exception qui n’aura plus à se reproduire, ou si au contraire cette sonnerie un peu trop matinale doit se continuer pendant un certain temps encore.

Dans l’attente de votre réponse, j’ai l’honneur de vous présenter l’expression de ma haute et respectueuse considération.
Signature
Préfet du Finistère

Brouillon de la réponse de l’évêque Mgr Nouvel de la Flèche
M. le Préfet
Je regrette que vous ne connaissiez pas mieux nos vieilles traditions. Depuis un temps immémorial il y a le jour de la fête de St Corentin à cinq heures du matin un sermon breton qui est annoncé par le son de la grosse cloche. Si vous aviez assisté à la réunion qui a eu lieu à la cathédrale, vous auriez été étonné de voir l’affluence de la population bretonne des environs de Quimper que la violence de la tempête n’avait pas arrêtée. Vouloir rompre avec ces vieilles traditions ce serait donner à penser que le gouvernement cherche à entraver toute cérémonie religieuse. Je ne pense pas que tel soit ce que vous proposez.

En 2019, la prédication en breton est toujours là mais à 9h, venez nombreux en char à bancs ou en voiture.

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.