Accueil  -  Toute l'actualité FEIZ  -  Keleier  -  Chronique du Père Job an Irien : Lostachou ar C’hovid / Résidus du Covid

Chronique du Père Job an Irien : Lostachou ar C’hovid / Résidus du Covid

Lostachou ar C’hovid

O Kovid daonet ! Fin ebed dezañ da skuiza an den ha da zireñka e oll raktresou, kement evid al labour hag evid e ziduamant. ’Vel m’on-nefe lonket eur c’hovad loustoni eo, loustoni a jom ennom e kuz hag a ro ar pez a grog da veza anvet gand ar vedisined ‘ar c’hovid hir’: diêzamañchou evid tenna an alan, poan benn, diêzamañchou da gousked, poan er plegou… ha kement-se goude beza bet pareet euz ar viruz. Hanter-kant vloaz bennag on no bevet heb kleñvejou-red en or broiou hag e soñje deom e oa echu gand seurt kleñvejou. Barrekoc’h om hirio da stourm ouz ar c’hleñvejou-red, med an eskemmou etre an dud euz an eil penn d’egile euz ar bed a ro tro da seurt kleñvejou da redeg buan kenañ. N’om ket gwarezet evid atao !

Ar c’hovid e-neus desket deom eun dra bennag hag or-boa ankounac’heet : n’eo ket greet an den evid beva e-unan-penn. Ezomm e-neus an den da gaoud daremprejou gand ar re all. Beza kraouiet ’vel ma ’z-om bet, hag ez om c’hoaz tamm pe damm, ’neus roet deom da gompren on-noa ezomm d’en em gavoud asamblez pe ’ve evid labourad, evid c’hoari hag en em zidui, evid lida goueliou, evid eskemm menoziou, evid dizolei ar bed, evid beva ! An hanter-kant vloaz diweza o-doa lakeet an hinienn war an ton uhel, da lavared eo gelloud en em denna drezor an-unan, heb kaoud ezomm ouz ar re all. Ar ger-stur a oa ‘kaoud’. An oto a zo bet ar sklerra sin a gement-se, med gwir eo evid kalz traou all…

Gouzoud a reom hirio n’om netra heb ar re all. Ezomm on-eus euz o zell madelezuz warnom evid en em zantoud karet, evid gouzoud e kontom evito hag e talvez ar boan deom chom beo hag ober or seiz gwella evid kement-se. Rouantelez ar ‘me va-unan’ a zo kroget da horjella da vad, hag e ouezom om oll stag ha stag, e dalc’h ar re all hag e dalc’h an natur. Ar pez a reom a vad a ra vad d’ar re all. Gouzoud kement-se a zikour ahanom da ober hent war-zu Pask, rag n’eo ket en aner e reom strivou da dostaad ouz ar re all, ha dreist-oll ouz ar re reuzeudika. Eun deiz e paro en-dro an heol, heol eun nevez-amzer evid an oll !


Résidus du Covid

Oh damné Covid ! Il n’en finit pas de fatiguer l’homme et de déranger tous ses projets, que ce soit pour le travail ou pour ses loisirs. C’est comme si on avait avalé une ventrée de saletés, des saletés qui demeurent en nous de manière cachée et qui donnent ce que les médecins commencent à appeler ‘le Covid long’: difficultés de respiration, maux de tête, difficultés de sommeil, mal aux articulations… et tout cela après avoir été guéris du virus. Nous aurons vécu une cinquantaine d’années sans épidémies dans nos pays et nous pensions en avoir fini avec de telles maladies. Nous sommes aujourd’hui mieux armés contre les épidémies, mais les échanges entre les gens d’un bout à l’autre du monde donnent l’occasion à de telles maladies de courir rapidement. Nous ne sommes pas protégés pour toujours !

Le Covid nous a appris quelque chose que nous avions oublié : l’homme n’est pas fait pour vivre seul. L’homme a besoin d’avoir des relations avec les autres. Être confinés comme nous l’avons été, et que nous sommes encore en partie, nous a fait comprendre que nous avions besoin de nous retrouver ensemble que ce soit pour le travail, pour jouer et nous divertir, pour célébrer des fêtes, pour échanger des idées, pour découvrir le monde, pour vivre ! Les cinquante dernières années avaient mis l’accent sur l’individu, c’est à dire pouvoir se débrouiller tout seul, sans avoir besoin des autres. Le slogan était ‘posséder’. L’exemple le plus évident était la voiture individuelle, mais c’est vrai pour bien d’autres choses…

Nous savons aujourd’hui que nous ne sommes rien sans les autres. Nous avons besoin de leur regard miséricordieux sur nous pour nous sentir aimés, pour savoir que nous comptons pour eux et qu’il vaut la peine pour nous de rester vivants et de faire notre possible pour cela. Le royaume du ‘moi-tout-seul’ a commencé à branler, et nous savons que nous sommes tous liés, dépendants des autres et dépendants de la nature. Ce que nous faisons de bien fait du bien aux autres. Savoir cela nous aide à faire route vers Pâques, car ce n’est pas en vain que nous faisons des efforts pour nous rapprocher des autres, et en particulier des plus malheureux. Un jour brillera de nouveau le soleil, le soleil d’un printemps pour tous !

Tad Job an Irien

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.