Accueil  -  Sanctuaires  -  Notre-Dame des Portes

Notre-Dame des Portes

Faisant l’objet d’un culte depuis le XIIe siècle, c’est dans la chapelle des cours d’un ancien château-fort surplombant le canal de Nantes à Brest et reconstruite au XIXe siècle, que Notre-Dame des Portes est toujours aujourd’hui vénérée. Bien que ce sanctuaire ne soit a priori pas le plus connu de la région, il attire des pèlerins du monde entier, comme en ont attesté les messages laissés durant le Jubilé de la Miséricorde 2015-2016. Si les lieux sont ouverts tous les jours, l’année liturgique est cependant marquée par le Grand Pardon et les processions dans la ville à cette occasion  (cliquer ici pour en savoir plus).

L’histoire

Histoire et légendes
Les légendes issues de la tradition orale s’accordent sur plusieurs points et sont en partie corroborées par quelques rares écrits. Ainsi, au XIIe Siècle, sur le territoire de Saint-Goazec, des paysans abattent un chêne et découvrent sous ses racines, une statue de femme couronnée ayant un enfant dans les bras !
Portée à la chapelle du Château de Trévaré (lieu-dit proche du Trévarez actuel) la statue sera priée sous le titre de Notre Dame des Portes. La population locale ne tarde pas à lui accorder des grâces de guérison et de protection.

Pour quelle raison début du XIVe Siècle, la statue est-elle amenée à Châteauneuf, de l’autre côté de l’Aulne ?
Vers le début du XIVe Siècle, la chapelle de Trévaré n’étant plus adaptée, la famille possédant Trévaré aurait conclu un accord avec celle des seigneurs de Châteauneuf-du-Faou, avec laquelle par ailleurs elle était liée par mariage, pour installer, provisoirement, la statue dans la chapelle de la forteresse érigée sur le promontoire dominant la rivière. Depuis, c’est en ce lieu qu’elle continue d’être vénérée.

Une succession de 3 chapelles
Comment était la chapelle du château-fort ?
A ce jour nous n’avons aucune information. Cependant nous savons qu’elle n’était pas assez grande pour accueillir les pèlerins. En 1438 une nouvelle chapelle de style ogival-breton est donc construite. Elle figure en médaillon dans le vitrail central du chœur de la chapelle actuelle.
La proximité du donjon de la forteresse ne permettant pas l’ouverture de porte sous le clocher, l’entrée se fait par un beau porche sud qui a été conservé par la suite.
Les guerres de religion, la Révolution se succèdent… bientôt le culte n’est plus assuré… En 1790 la chapelle est déclarée « bien national ». Laissée à l’abandon, délabrée, elle est vendue en 1796 avant d’être restituée à la commune. Rendue au culte en 1806, elle continue de se dégrader.
En 1892-1893, la chapelle actuelle est construite grâce à la générosité de nombreux donateurs.
Ce nouvel édifice, de style néo-roman, est l’œuvre de l’architecte Le Guérannic.

La flèche du clocher (42 m) est construite en 1901.

Le couronnement
Impressionné par la ferveur et la fidélité de la population envers Notre Dame des Portes, Mgr Valleau, évêque de Quimper, sollicite auprès du Pape son couronnement.

La faveur est accordée. Celui-ci se déroule le 26 août 1894, devant une foule d’environ 30 000 pèlerins et en présence de 8 évêques. Il donnera lieu toute cette journée à de grandes célébrations et se terminera par un feu d’artifice.

Le patrimoine

La statue
en chêne polychrome, époque XVIe Siècle, représente une Vierge à l’enfant, vêtue d’une robe blanche à liseré doré et d’un manteau bleu semé d’hermines.

Les vitraux
Ceux de la nef sont illustrés par 12 des 47 invocations des litanies de la Vierge.

Côté nord de l’autel vers le porche
Vase d’honneur
Vase spirituel
Maison d’or
Trône de la sagesse
Tour de David
Arche d’alliance

Côté sud de l’autel vers le porche
Rose mystique
Cause de notre joie (fontaine)
Miroir de justice
Porte du ciel
Etoile du matin
Tour d’ivoire

Ceux du transept nord
Evoquent le massacre en 1593 de Thépault Derien, prêtre de la paroisse, par De Liscouet (chef Huguenot) et ses soudards. Un de ces derniers jette à terre le ciboire, répandant ainsi les hosties réservées pour la communion des malades. Le prêtre se précipitant pour les ramasser, est transpercé d’un coup d’épée.

Celui du transept sud
Montre le laboureur Isidore vêtu du costume du paysan breton. Il est le Saint patron des agriculteurs, des ouvriers agricoles et des charretiers.

Ceux du chœur
Représentent au centre, Notre Dame des Portes parée d’un diadème. De part et d’autre, la Nativité de la Vierge Marie et son Assomption.

Des éléments de chapelles précédentes
L’ancien porche de style néo-gothique flamboyant, datant de 1438, se trouve aujourd’hui au pignon de la maison « du bedeau », dépendance de la chapelle actuelle. Au bas de son pilier droit, un magnifique bénitier mouluré, finement sculpté.

La pieta, auparavant socle du calvaire sur le placître, est intégrée au-dessus du porche ancien ; le reste des éléments du calvaire (croix et personnages…) constitue un ensemble implanté sur l’esplanade.

Une fontaine dédiée
La fontaine, au pied de la chapelle à proximité de la voie romaine, aménagée en 1721, a bénéficié de travaux de restauration en 2015-2016.

Le pardon

Le Grand Pardon a lieu l’avant dernier week-end du mois d’août.
A cette occasion la Vierge Couronnée est portée en procession dans les rues de la ville par les femmes et les hommes de 50 ans arborant le costume traditionnel.

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.