Accueil  -  L'actualité du Diocèse  -  Le chanoine Le Floc’h à l’honneur

Le chanoine Le Floc’h à l’honneur

Chanoine Le Floc’h, Le diocèse de Quimper entre Révolution et Séparation,
Quimper, Société archéologique du Finistère, Octobre 2022.

On ne peut que se féliciter que le projet, depuis longtemps évoqué à l’évêché, d’une compilation d’articles et de conférences du chanoine Jean-Louis Le Floc’h, archiviste diocésain de 1973 à 1996, ait pu voir le jour.

Cet ouvrage est publié par la Société archéologique du Finistère dont il a été vice-président de 1976 à 2009 et structuré par Yann Celton, un de ses anciens étudiants – « lecteurs » aux archives de l’évêché puis successeur. Le chanoine Le Floc’h avait eu le droit à ses « Mélanges » [1] en 1998, hommage écrit par de nombreux universitaires. Ce nouvel ouvrage nous donne l’occasion de voyager dans les thèmes qui furent chers à Jean-Louis Le Floc’h et qui rappelleront sûrement des souvenirs à ceux qui l’ont connu. Il nous propose également et surtout un beau manuel de l’histoire religieuse du XIXe siècle pour notre diocèse.

Bien que les différents chapitres soient inégaux dans leur style, les publics et contextes de leur édition première sont variés, l’écriture du chanoine Le Floc’h est toujours simple et permet à tout un chacun de balayer ce siècle.

Les premières parties sont organisées de manière chronologique. Elles débutent par la fin du XVIIIe siècle autour d’un document majeur plusieurs fois cité : le carnet des visites pastorales de Mgr Conen de Saint-Luc, dernière évêque de Cornouaille. Vrai petit bijou que le chanoine nous fait imaginer, rédigé par l’évêque dans son carrosse de retour de ses visites paroissiales. Les articles sur la Révolution qui suivent rappellent la genèse de notre diocèse de Quimper et de Léon et le travail important que le chanoine Le Floc’h réalisa pour documenter les notices biographiques des prêtres qui ont connu cette période charnière de la fin de l’Ancien Régime, la Révolution et le Concordat. Véritable historien, il pose la question, sans condamner, des motivations des prêtres constitutionnels et appelle aux recherches historiques sur ce point.

Au-delà de la période révolutionnaire, le chanoine Le Floc’h a consacré beaucoup de temps à compiler, retracer les vies de nombreux prêtres originaires du diocèse. La dernière partie de ce livre est d’ailleurs consacrée à sept figures de prêtres sur lesquels il s’est attardé. Un chapitre consacré aux missionnaires nous permet une rare excursion dans le XXe siècle. Parmi ces prêtres, il me semble important de ne pas oublier l’aventure du diocèse de Burlington (Etats-Unis, Vermont), son premier évêque Mgr de Goesbriant, originaire de Saint-Urbain, et des prêtres bretons qu’il a su appeler à sa suite. Plusieurs approches thématiques nous permettent d’entrer dans la vie religieuse du XIXe siècle : le renouveau spirituel, la dévotion mariale, les pardons et missions paroissiales, le breton dans les cantiques, dans les livres spirituels et les Lizeri Breuriez ar Feiz.

Originaire du pays bigouden, le chanoine a bien sûr davantage étudié cette terre en s’intéressant également à Douarnenez où il fut vicaire pendant treize ans. Trois chapitres fourmillant de détails sont consacrés aux paroisses de Pont-l’Abbé, Douarnenez et les Glénan.

En tant qu’archiviste, il laisse une place importante aux différentes sources qu’il consulte et met en valeur des pépites archivistiques de nos fonds diocésains. Il aurait donc été difficile d’éditer un ouvrage sans faire une place aux Taolennoù et à la figure de Michel Le Nobletz bien qu’avec la publication des actes du colloque de 2017 [2] ces éléments ont été développés ultérieurement. Mais cela illustre la continuité du travail des archivistes qui veillent sur les archives comme des passeurs. Le chanoine Le Floc’h cite le travail du chanoine Peyron qui a nourri ses propres études sur les prêtres. Après lui, ses successeurs ont poursuivi l’enrichissement des notices biographiques des prêtres désormais en ligne pour un plus grand accès et la compilation de donnés sur les prêtres, religieux et religieuses originaires du diocèse a repris avec ardeur.

Kristell Loussouarn

Publié dans Église en Finistère, 27 octobre 2022, n°361, p. 28-29.


[1] Collectif, Chrétientés de Basse-Bretagne et d’ailleurs : les archives au risque de l’histoire Mélanges offerts au chanoine Jean-Louis Le Floc’h, Quimper, Société archéologique du Finistère, 1998.

[2] Yann Celton (éd.), Michel Le Nobletz. Mystique et société en Bretagne au XVIIe siècle, Brest, CRBC, octobre 2018 et Yann Celton (dir.), Hervé Queinnec, Kellig-Yann Cotto et Kristell Loussouarn, Taolennoù. Michel Le Nobletz. Les tableaux de mission, Châteaulin, éditions Locus Solus, mars 2018.